Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les importations font plonger la balance commerciale chinoise

Marché : Les importations font plonger la balance commerciale chinoise

Les importations font plonger la balance commerciale chinoiseLes importations font plonger la balance commerciale chinoise

PEKIN (Reuters) - La balance commerciale de la Chine a plongé dans le rouge en février, sur un déficit de l'ordre de 24 milliards d'euros, du fait de l'essor des importations, selon les statistiques officielles publiées samedi qui font état du plus fort déficit mensuel de ces dix dernières années au moins.

Les importations ont progressé de 39,6% par rapport à février 2011, bien plus que les 27% attendus par les économistes et à un rythme près de deux fois supérieur à celui des exportations, qui n'ont augmenté que de 18,4%.

"C'est un bilan très mitigé", estime Zhang Zhiwei, chef économiste pour la Chine de la société Nomura, qui met toutefois en garde contre toute sur-interprétation de ce déficit en rappelant que les congés du Nouvel An lunaire ont conduit nombre d'entreprises à fermer pendant une semaine en février 2011 et en janvier 2012.

S'il relève que les exportations chinoises ont bien enregistré en février l'une de leur plus faible croissance mensuelle depuis le milieu des années 1990, il note aussi que les importations de composants qui ont nettement progressé en février et vont être à présent utilisés dans la production de biens d'exportations laissent entrevoir de meilleures ventes de produits chinois à l'étranger en mars et avril.

Dans le détail, l'augmentation des importations a été particulièrement forte pour les produits en provenance de l'Europe et des Etats-Unis, soulignant le rôle moteur de la Chine dans la reprise de ces deux régions phares de l'économie mondiale.

"Les importations ont été fortes en février en partie en raison de la volonté des fabricants de reconstituer leurs stocks en anticipation d'augmentations des cours des matières premières. Cela a conduit à cet important déficit commercial en février, mais nous ne devrions pas trop nous en inquiéter", confirme Hua Zhongwei, économiste chez Huachuang Securities à Pékin.

"L'Europe et les Etats-Unis se redressent lentement. Nous ne devrions pas être trop pessimistes pour les exportations chinoises, dont la croissance pourrait être de l'ordre de 10 à 15% cette année", ajoute-t-il.

Reste que la Chine devrait connaître une croissance à peine supérieure à 8% sur le premier trimestre, contre 8,9% pour le dernière trimestre de l'année dernière, confirmant le ralentissement de l'essor économique de la puissance asiatique.

Nick Edwards et Koh Gui Qing; Henri-Pierre André pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...