Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les discussions grecques sur les réformes restent en suspens

Marché : Les discussions grecques sur les réformes restent en suspens

Les discussions grecques sur les réformes restent en suspensLes discussions grecques sur les réformes restent en suspens

par Renee Maltezou et Lefteris Papadimas

ATHENES (Reuters) - Les trois partis de la coalition gouvernementale grecque tentent toujours de se mettre d'accord sur les réformes exigées par les bailleurs de fonds d'Athènes en échange d'un deuxième plan d'aide.

Une réunion prévue mardi a été reportée, les dirigeants de ces formations n'ayant pas reçu le texte du projet d'accord sur le plan de renflouement de 130 milliards d'euros.

Plusieurs dates butoirs successives ont été dépassées, faute d'accord entre les socialistes du Pasok, les conservateurs de Nouvelle Démocratie et le LAOS d'extrême droite.

Les trois partis ont reçu mercredi le document attendu la veille, qui détaille les principes généraux et les conditions du plan d'aide financière, a indiqué un responsable d'une de ces formations.

A ce document de quinze pages s'ajoute un autre, deux fois plus long, qui détaille le processus de mise en oeuvre des réformes et des mesures d'austérité.

Les dirigeants des trois partis - Antonis Samaras pour Nouvelle Démocratie, George Papandréou pour le Pasok et George Karatzaferis pour le LAOS - devaient initialement se rencontrer mercredi en début d'après-midi, mais cette réunion a elle aussi été reportée à deux reprises en l'espace de deux heures.

"SUPPLICE DE LA GOUTTE D'EAU"

Karatzaferis a notamment demandé que l'ensemble des documents, rédigés en anglais, soient traduits en grec, a rapporté un responsable.

Un autre parti a demandé un délai de plusieurs heures pour étudier le projet d'accord, avant le début des discussions, a précisé un autre responsable.

Un site internet d'informations a publié une lettre ouverte à Lucas Papademos, l'appelant à "mettre fin à ce supplice de la goutte d'eau".

"Les Grecs ne peuvent supporter plus longtemps la torture de cette constante insécurité, qui détruit le pays et blesse notre dignité en tant que nation. Le Premier ministre doit mettre fin à ces marchandages incessants qui avilissent le pays et ses citoyens", écrit le site.

Karatzaferis a justifié le retard pris par le processus.

"Nous ne pouvons pas simplement dire oui ou non tant que les autorités publiques compétentes ne nous auront pas assuré que ces actions sont conformes à la Constitution et qu'elles sortiront le pays de la crise", a-t-il dit.

"Il y a le temps. Dès lors que l'avenir du pays est en jeu, nous trouverons le temps."

En fonction de l'issue de la journée de mercredi à Athènes, l'Eurogroupe pourrait se réunir pour discuter du plan de sauvetage grec.

Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a annoncé mercredi qu'il déciderait dans la journée de réunir ou pas les ministres des Finances de la zone euro jeudi.

Ce n'est qu'une fois que les discussions seront finalisées à Athènes qu'une réunion de l'Eurogroupe pourra être convoquée, a précisé le Premier ministre luxembourgeois, qui s'exprimait devant la presse à Luxembourg.

"Je déciderai ce soir s'il y aura une réunion de l'Eurogroupe demain soir", a déclaré Jean-Claude Juncker. "Cela dépendra des résultats des discussions à Athènes."

Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...