Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les créations d'emploi s'effondrent, le chômage augmente aux usa

Marché : Les créations d'emploi s'effondrent, le chômage augmente aux usa

Les créations d'emploi s'effondrent, le chômage augmente aux usaLes créations d'emploi s'effondrent, le chômage augmente aux usa

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - Le marché américain du travail a créé nettement moins d'emplois que prévu au mois de mai et le taux de chômage est reparti à la hausse, a annoncé vendredi le département du Travail, signe que la reprise reste fragile pour la première économie mondiale.

L'économie américaine n'a créé que 69.000 emplois non agricoles le mois dernier et le taux de chômage a grimpé à 8,2% (contre 8,1% en avril), le niveau qui était le sien au mois de mars. C'est la première fois depuis juin dernier qu'il remonte.

Ces statistiques pourraient inciter la Réserve fédérale à envisager de lancer un troisième cycle d'assouplissement quantitatif (QE3) pour stimuler l'économie.

Elles accroissent aussi la pression sur Barack Obama en vue de l'élection présidentielle du mois de novembre, d'autant que son futur adversaire républicain, Mitt Romney, n'a pas manqué l'occasion de critiquer son bilan, évoquant "une nouvelle accablante pour les travailleurs américains et les familles américaines".

"Il est désormais clair pour tout le monde que les politiques du président Obama n'ont pas rempli leurs objectifs et (qu'elles) écrasent les classes moyennes. Son slogan de campagne est peut-être "en avant", mais il semble qu'avec lui on aille en arrière", a déclaré Mitt Romney dans un communiqué.

Le nombre de créations d'emplois est au plus bas depuis mai 2011. Il est surtout très inférieur aux prévisions - les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 150.000 créations de postes en mai.

Les chiffres de mars et avril ont aussi été révisés à la baisse, respectivement à +77.000 (contre 115.000 annoncé initialement) et +143.000 (contre 154.000).

Si le recul des créations d'emploi aux mois de mars et avril pouvait s'expliquer par un contrecoup à la forte hausse de l'hiver à la faveur d'un climat inhabituellement doux, les derniers chiffres traduisent une faiblesse structurelle de l'économie américaine, qui réveille le souvenir de la stagnation de l'été 2011.

OBAMA SUR LA DÉFENSIVE

Les économistes expliquent ces mauvais résultats du mois de mai par la persistance de la crise de la dette européenne et par le ralentissement de la croissance chinoise.

Barack Obama a quant à lui déploré les "vents contraires" que constituent selon lui les prix du pétrole et les répercussions de la crise de la zone euro.

"L'économie croît de nouveau mais elle ne croît pas aussi vite que nous le voulons", a déclaré le président lors d'un déplacement dans une usine Honeywell dans le Minnesota.

"Nous avons encore beaucoup de travail à faire", a-t-il ajouté, appelant le Congrès à adopter ses propositions de soutien à la croissance et à l'emploi malgré l'échéance électorale de novembre.

"Nous avons des responsabilités qui vont au-delà d'une élection", a-t-il dit. "Ce n'est pas le moment de se tourner les pouces."

Selon les analystes, il faudrait quelque 125.000 créations d'emploi par mois pour que le taux de chômage reste stable.

Le secteur privé n'a créé que 82.000 emplois le mois dernier, tandis que le secteur public en a perdu 13.000, les administrations locales continuant à se serrer la ceinture.

Le secteur du BTP est le plus touché avec 28.000 emplois perdus et un quatrième mois consécutif de baisse. A l'inverse, le secteur manufacturier est le plus performant, avec 12.000 créations d'emploi.

La force de travail - Américains en âge de travailler qui ont ou cherchent un emploi - est remontée à 63,8% le mois dernier après avoir touché un plus bas de 30 ans en avril.

Avec Steve Holland, Patricia Zengerle et Matt Spetalnick, Natalie Huet, Nicolas Delame et Tangi Salaün pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...