Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses mondiales devraient finir 2011 dans le vert

Marché : Les bourses mondiales devraient finir 2011 dans le vert

Les bourses mondiales devraient finir 2011 dans le vertLes bourses mondiales devraient finir 2011 dans le vert

LONDRES/NEW YORK/BANGALORE (Reuters) - Les principaux indices boursiers mondiaux devraient enregistrer des gains significatifs d'ici à la fin de l'année 2011 malgré la volatilité due aux prix élevés du pétrole, aux conflits dans le monde arabe et à la crise au Japon, montre une enquête Reuters publiée jeudi.

En dépit de performances mitigées depuis le début de l'année pour les Bourses mondiales, cette nouvelle enquête trimestrielle réalisée auprès de quelque 400 économistes et analystes montre que les 18 indices qu'elle recense devraient finir l'année en territoire positif par rapport à leurs niveaux actuels.

Plusieurs indices pourraient enregistrer une croissance à deux chiffres sur l'ensemble de 2011, les analystes estimant qu'il y a peu de risques de voir les prix élevés de l'énergie et les troubles au Moyen Orient affecter l'économie mondiale.

Reuters n'a pas inclus l'indice japonais Nikkei dans son enquête en raison du séisme et du tsunami qui ont frappé l'archipel le 11 mars et de la crise nucléaire qui a suivi.

Selon l'enquête, les analystes techniques prévoient que les autres indices vont fortement rebondir après leur correction consécutive à la catastrophe japonaise.

LA REPRISE ÉCONOMQUE VA SOUTENIR LES ACTIONS US

A New York, l'indice S&P 500 devrait afficher une croissance à deux chiffres à la fin de l'année. La prévision médiane des 51 professionnels interrogés par Reuters fixe l'indice à 1.400 points au 31 décembre, soit un gain de 11,3% sur l'année.

Ce chiffre est plus élevé qu'en décembre où la prévision médiane était ressortie à 1.325 points. Le Dow Jones est quant à lui attendu à 12.700 points fin 2011, soit un gain annuel de 9,7%, contre une précédente estimation à 12.105.

A court terme, les actions pourraient céder du terrain en raison des inquiétudes vis-à-vis de l'impact de la crise japonaise et des prix pétroliers sur l'économie mondiale.

Toutefois, l'amélioration progressive de la reprise économique aux Etats-Unis devrait compenser ces craintes et soutenir davantage les bénéfices des entreprises, comme ce fut le cas lors du rebond de 90% du S&P 500 depuis ses plus bas de mars 2009.

"Nous pensons que les effets sur la croissance économique intérieure seront relativement limités (...) les perspectives de bénéfices n'ont pas fondamentalement changé", commente Jonathan Golub, responsable de la stratégie actions US chez UBS.

"Les mesures de base de l'économie continuent de s'améliorer", indique Bob Doll, responsable de la stratégie actions chez BlackRock. "Les ventes aux détails s'améliorent, nous commençons à voir une légère croissance de l'emploi, les dépenses d'investissement augmentent."

Parmi les signaux positifs, le taux de chômage est tombé près d'un plus bas de deux ans en février, à 8,9%. Parallèlement, la Réserve fédérale envisage toujours de continuer à soutenir l'économie via des rachats d'obligations et le maintien des taux d'intérêt au plus bas pour une période prolongée.

RÉGLER LA CRISE DE LA DETTE EST CRUCIAL

En Europe, les marchés actions devraient afficher une hausse régulière jusqu'à fin 2011, soutenus par les bons résultats des entreprises et une possible solution aux problèmes de dette souveraine en zone euro, montre l'enquête Reuters.

Les actions européennes restent bon marché après un recul moyen de près de 6% en 2010, lorsque la zone euro avait dû porter secours à la Grèce et à l'Irlande pour leur financement et que les gouvernements luttaient pour contenir les effets de la crise.

L'indice pan-européen Euro STOXX 50 est attendu à 2.950 points à fin juin et à 3.150 fin 2010, soit un gain de 13% sur l'année, selon les 36 professionnels interrogés par Reuters. L'Euro STOXX 600, plus large, devrait lui gagner quelque 11% cette année, pour finir 305 points.

Dans le détail, l'enquête indique que le CAC 40, l'indice phare de la Bourse de Paris, gagnera 13% en 2011 et qu'à Francfort le DAX avancera de 11%. A Londres, le Footsie devrait finir l'année en hausse de 6%.

Si les risques évoqués précédemment peuvent avoir un impact négatif sur les marchés actions, la première menace reste la crise de la dette en zone euro.

Les dirigeants européens se réunissent jeudi et vendredi pour trouver un accord sur une solution de long terme et mettre fin aux spéculations sur le prochain pays à faire appel à l'aide internationale après la Grèce et l'Irlande, bon nombre d'analystes estimant que le Portugal ne pourra pas y échapper.

Mais les récentes statistiques, faisant état d'une croissance solide en Europe au premier trimestre en cours, se sont révélées encourageantes, notamment celles en provenance des économies les plus solides que sont l'Allemagne et la France, et devraient apporter du soutien aux marchés actions.

Dans les pays émergents, enfin, les Bourses devraient également progresser, selon l'enquête. L'indice RTS de Moscou pourrait afficher la meilleure performance avec un gain de 21,5% sur l'année, profitant du bond des prix de l'énergie.

La Bourse brésilienne et celle de Hong Kong sont quant à elles attendues respectivement en hausse de 10,4% et de 17,2%. En revanche, la Bourse indienne, qui a déjà reculé de plus de 10% depuis le début de l'année, est attendue étale fin 2011.

Anooja Debnath et Yati Himatsingka à Bangalore, Andy Bruce à Londres, Caroline Valektevitch à New York, Florent Le Quintrec pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...