Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes terminent en nette baisse

Marché : Les bourses européennes terminent en nette baisse

Les bourses européennes terminent en nette baisseLes bourses européennes terminent en nette baisse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse jeudi et l'euro a touché un plus bas de deux ans face au dollar, les investisseurs réduisant leur exposition aux actifs risqués sur fond de craintes pour la croissance.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,70% (-22,07 points) à 3.135,18 points. Le Footsie britannique a cédé 0,99% et le Dax allemand 0,53%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 reculait de 0,99%. Les marchés d'actions européens sont repassés dans le rouge depuis le début de la semaine.

Au niveau sectoriel en Europe, les valeurs bancaires et cycliques ont pesé sur la tendance, avec un indice des produits de base en baisse de 2,80%, plus forte baisse sectorielle.

Seul secteur en hausse, l'indice des valeurs médias (+0,89%) a profité du bond de 45,07% d'Aegis. Le publicitaire britannique a été racheté par le groupe japonais de publicité Dentsu pour 3,2 milliards de livres (4,0 milliards d'euros).

Carrefour s'est adjugé 6,97%, plus forte hausse du CAC 40 après s'être dit "confortable" avec le consensus actuel des analystes concernant son résultat opérationnel courant 2012, compris entre 2,03 et 2,09 milliards d'euros.

La prudence était d'autant plus de mise qu'est attendue tôt vendredi matin la publication du PIB chinois pour le deuxième trimestre. La croissance de l'économie chinoise pourrait avoir ralenti autour de 7,5% au deuxième trimestre, selon un économiste influent membre d'un cercle de réflexion gouvernemental, une prévision qui se rapproche de celles des économistes interrogés par Reuters.

Le démarrage poussif des publications de résultats trimestriels aux Etats-Unis et la baisse surprise de 25 points de base du taux directeur sud-coréen et de 50 pdb du taux brésilien alimentent également les craintes d'un ralentissement plus prononcé que prévu de la croissance mondiale.

Par ailleurs, les investisseurs ont été déçus par la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) jeudi soir, qui n'a pas laissé entrevoir de nouvelles mesures imminentes d'assouplissement quantitatif pour soutenir l'économie.

"Les investisseurs sont en train de réaliser que l'assouplissement quantitatif ne sera pas facile et que les résultats commencent à ressortir en-deçà des attentes", a commenté Claudia Panseri, responsable de la stratégie actions chez Société Générale Private Banking.

Dans ce contexte, l'annonce d'un recul plus net que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage, tombées à un plus bas de quatre ans, n'a pas suffi à rassurer les opérateurs de marché.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...