Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes terminent en légère hausse

Marché : Les bourses européennes terminent en légère hausse

Les bourses européennes terminent en légère hausseLes bourses européennes terminent en légère hausse

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse mercredi, à l'exception de Londres, après avoir effacé une partie des gains engrangés après le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande à la ratification du nouveau fonds de sauvetage de la zone euro, condition essentielle aux efforts pour juguler la crise de la dette, notamment au programme de rachat d'obligations de la Banque centrale européenne (BCE).

Wall Street évolue également légèrement dans le vert, l'attention désormais tournée vers la réunion mensuelle de la Réserve fédérale, dont les marchés espèrent qu'elle annoncera jeudi un nouvel assouplissement monétaire (QE) pour soutenir l'économie américaine.

"Le marché ne fait que confirmer ce qu'il avait anticipé - nous nous attendons à ce que des liquidités soient injectées dans l'économie, par la Fed, par la BCE, et (le président de la BCE) Mario Draghi a été très volontaire dans ses déclarations", souligne Leo Kelly, directeur de HighTower Advisors.

"C'est l'un de ces cas où une mauvaise décision aurait pu décevoir sensiblement les marchés, mais où une bonne décision répond simplement aux attentes."

À Paris, le CAC 40 a terminé en petite hausse de 0,18% à 3.543,79 points après une fin de séance marquée par des prises de profit.

"Nous avons liquidé quelques positions à court terme sur le CAC et l'Eurostoxx 50", explique Ion-Marc Valahu, gestionnaire de fonds chez Clairinvest, qui voit dans la décision de la Cour constitutionnelle allemande "une nouvelle étape vers l'amélioration de la situation en Europe".

Le Dax allemand a signé une progression de 0,46%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'est contenté d'un modeste +0,08%. Le Footsie britannique a en revanche reculé de -0,17%.

Aux valeurs, les bancaires ont sans surprise été favorisées, signant la plus forte hausse sectorielle européenne au côté des automobiles (+1,34%). Les secteurs défensifs, comme l'alimentation et les boissons (-1,05%) ont en revanche été délaissées.

EADS (-5,63%) et BAE Systems (+10,62%) ont réagi de manière diamétralement opposée à l'annonce de discussions en cours en vue d'une fusion qui créerait un nouveau géant européen de l'aéronautique, de la défense, de l'espace et de la sécurité.

La réaction des marchés a été d'autant plus mesurée que les réserves exprimées par la Cour de Karlsruhe, dont la consultation du parlement allemand avant toute augmentation de la somme versée par Berlin, devraient retarder l'entrée en vigueur du Mécanisme européen de stabilité (MES) de "quelques semaines", selon le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Autre incertitude, l'indécision de l'Espagne face à une éventuelle demande d'aide à ses partenaires européens, préalable à une intervention de la BCE sur le marché obligataire. Le président du gouvernement Mariano Rajoy, qui redoute les conditions qui seraient attachées à un plan de sauvetage, a laissé entendre mercredi que la détente des coûts de la dette espagnole pourrait épargner à Madrid une telle démarche.

Le rendement des obligations à 10 ans espagnoles, qui avait eu tendance à remonter ces derniers jours, est reparti à la baisse à 5,66% après la décision de la Cour constitutionnelle allemande, qui a rassuré le marché sur les rachats de la BCE.

Le tribunal de Karlsruhe a également fait baisser le rendement d'une adjudication de papier italien à courte échéance.

Sur le marché des changes, l'euro s'est envolé à 1,2936 dollar, avant de se replier autour de 1,2890, profitant à la fois des nouvelles rassurantes pour la zone euro venues d'Allemagne et de la faiblesse du billet vert face à un possible QE aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole ont également salué la décision allemande et profité des tensions au Proche-Orient après l'assassinat de l'ambassadeur américain en Libye. Le Brent de mer du Nord est monté jusqu'à 116,67 dollars le baril et le brut léger américain à 98,06 dollars, avant de perdre environ un dollar chacun.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...