Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes reculent à la mi-séance

Marché : Les bourses européennes reculent à la mi-séance

Les bourses européennes reculent à la mi-séanceLes bourses européennes reculent à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdaient du terrain mardi à mi-séance et Wall Street est encore attendue en baisse. Après les sommets atteints la semaine dernière en réaction aux mesures de soutien de l'économie annoncées par les banques centrales, les marchés sont repris par les inquiétudes concernant la croissance et la volonté de l'Espagne de demander une aide internationale.

Les investisseurs craignent que Madrid tente d'éviter d'avoir à accepter un plan d'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaires international (FMI) qui serait mal perçu dans le pays.

L'Espagne a placé sans aucun problème quelque 4,6 milliards d'euros de titres de dette à court terme mardi mais les interrogations sur la volonté de Madrid de demander une aide internationale, qui déclencherait la mise en oeuvre des mesures de soutien de la BCE, maintiennent les coûts d'emprunt du pays à un niveau élevé.

"Notre position est que la tactique adoptée par le gouvernement espagnol consistant à repousser une demande d'aide pourrait se retourner contre elle et entraîner une tension renouvelée sur les rendements parce que les marchés anticipent déjà qu'une demande d'aide est plus ou moins acquise", rapporte l'économiste de Rabobank, Elwin de Groot.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 1,07% à 3.515,61 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Daxcède 0,95% et à Londres, le FTSE perd 0,73%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 recule de 1,22%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,16 à 0,35%.

Les valeurs cycliques européennes pèsent sur la cote. L'automobile (-2,3%) signe la plus forte baisse sectorielle après le nouveau recul des immatriculations de voitures neuves en Europe.

En revanche, les valeurs défensives, comme l'alimentation et les boissons (+1,05%) ou la santé (+0,5%), limitent la correction sur les marchés.

De son côté, AzkoNobel perd 5% à la suite de l'annonce que son nouveau directeur général est en arrêt maladie pour quelques semaines en raison d'un excès de fatigue, reportant sine die une mise au point stratégique dont les analystes attendaient beaucoup.

L'incertitude concernant l'attitude de l'Espagne se reflète également sur l'euro et les marchés obligataires. L'euro recule de 0,4% et se traite sous la barre de 1,31 dollar.

Le yen est sous pression dans la perspective d'un assouplissement de la politique monétaire de la Banque du Japon mercredi, après les décisions de la Réserve fédérale et de la BCE.

Les futures sur Bund allemand, valeur refuge en période d'aversion au risque, gagnent du terrain, tandis que les rendements italiens et espagnols restent sous pression.

Le Brent de mer du Nord et le brut léger américain (WTI) restent dans le rouge à respectivement 113,61 dollars et 96,21 dollars par baril, après la chute brutale et inexpliquée - même si des courtiers l'imputent à la défaillance d'un programme de trading à haute fréquence - des cours du brut lundi soir.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...