Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes finissent dans le rouge

Marché : Les bourses européennes finissent dans le rouge

Les bourses européennes finissent dans le rougeLes bourses européennes finissent dans le rouge

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi et l'euro reculait nettement face au dollar, alors que les actions des banques centrales ont poussé les investisseurs à prendre leurs bénéfices et que des statistiques américaines encourageantes sur l'emploi ont éloigné les espoirs de nouvelles mesures de soutien de la part de la Réserve fédérale américaine (Fed).

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,17% à 3.229,36 points. Le Dax allemand a reculé de 0,45% tandis que le Footsie britannique faisait figure d'exception en progressant de 0,14%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a cédé 0,09%.

De leur côté, l'Ibex 35 à Madrid et le Footsie MIB à Milan ont reculé respectivement de 2,99% et de 2,03%.

Les investisseurs se sont aussi inquiétés pour les perspectives économiques après les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi. Sa conférence de presse a été "un rappel brutal que la situation économique n'est pas brillante", a dit un trader basé à Londres.

Les investisseurs étaient aussi déçus par l'absence de référence à un nouveau programme d'assouplissement quantitatif de la BCE pour soutenir l'économie. La banque centrale a certes réduit ses taux d'intérêt à des plus bas historiques, mais cette décision avait été largement anticipée par le marché.

L'annonce surprise d'une baisse de taux de la banque centrale chinoise et la reprise du programme de rachats d'actifs par la Banque d'Angleterre ont aussi alimenté les craintes sur la croissance mondiale.

"Les banques centrales ont agi comme on l'attendait. Je qualifierai les annonces comme positives, mais le marché a aussi enregistré des prises de bénéfices logiques après une très forte hausse ces derniers jours", a fait valoir par ailleurs Philippe Gijsels, directeur de la rechercher chez BNP Paribas Fortis Global Markets.

Dans ce contexte morose, la publication d'un indicateur ISM des services aux Etats-Unis inférieur aux attentes n'a pas aidé à rassurer les opérateurs de marché. Et les bonnes nouvelles sur le front de l'emploi américain (indicateur ADP et inscriptions hebdomadaires), de bon augure avant la publication du rapport mensuel sur l'emploi vendredi, n'ont pas été accueillies avec enthousiasme car elles éloignent la perspective d'un nouveau programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la part de la Fed.

Les banques ont mené la baisse en Europe (-1,21%), ce qui explique notamment le repli plus prononcé du CAC 40 par rapport à ses homologues allemands et britanniques, l'indice français étant plus fortement pondéré en valeurs bancaires. BBVA a chuté de 4,81% et Crédit Agricole a reculé de 3,09%.

A contre-courant, Volkswagen a bondi de 5,08% après l'annonce d'une accélération de la fusion entre le constructeur allemand et son compatriote Porsche (+1,24%).

Vallourec a grimpé de 4,07% pour signer la meilleure progression du CAC 40. CA Cheuvreux a relevé son conseil sur la valeur de "sous-performance" à "surperformance", avec un objectif de cours porté de 40 à 46 euros.

Les coûts d'emprunt de l'Italie et de l'Espagne se sont inscrits en vive hausse après que le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a laissé entendre que l'institut d'émission ne prendrait pas d'autres mesures de politique monétaire que la baisse des taux.

Le rendement de l'emprunt espagnol à dix ans était en hausse de près de 41 points de base, à 6,81%. Celui de l'emprunt italien de même échéance progressait de 22 points de base, à 5,98%.

Parallèlement, le Bund allemand profitait du regain d'aversion au risque et reculait de près de sept points de base, à 1,386%.

A noter que l'Irlande a fait son retour sur les marchés ce jeudi en plaçant, comme prévu, 500 millions d'euros de bons du Trésor à trois mois lors de sa première adjudication depuis septembre 2010, deux mois avant d'avoir demandé à bénéficier d'un plan de sauvetage.

L'euro a touché un plus bas d'un mois face au dollar, à 1,2375 dollar, après la décision de la BCE d'abaisser ses taux directeurs.

La devise unique était aussi pénalisée par le renchérissement du billet vert après de bons chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis qui font espérer une bonne surprise lors de la publication du rapport mensuel sur l'emploi vendredi.

Plus tôt en séance, l'euro avait néanmoins brièvement bondi après l'annonce de la banque centrale chinoise sur ses taux.

Le Brent évoluait en nette hausse, à plus de 100 dollars le baril, après que l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a annoncé que les stocks américains de pétrole brut avaient baissé plus que prévu la semaine dernière.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...