Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

Marché : Les bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

Les bourses européennes dans le rouge à la mi-séanceLes bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdent à nouveau du terrain jeudi à mi-séance après une matinée hésitante, alors que Wall Street est attendu en légère baisse, dans des marchés dominés par les inquiétudes sur la dette en Grèce et en Espagne, ainsi que sur la croissance mondiale.

À Paris, le CAC 40 recule de 1,04% à 3.085,84 points vers 13h15, après avoir touché un nouveau plus bas de l'année à 3.073,38 points. Depuis le 31 décembre dernier, l'indice phare de la Bourse de Paris affiche un recul de 2,3%. À Francfort, le Dax se tient mieux avec une baisse de 0,15% et tout comme Londres, avec un FTSE ne recul de 0,56%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 cède encore 0,31%, en baisse de 4,2% sur l'année.

Les valeurs bancaires (+0,7%) résistent à ce nouveau recul après avoir figuré parmi les plus fortes baisses du marché la veille. A Paris, Société générale reprend 0,9% et Crédit agricole 0,45%, avec PSA (+3,5%), sur lequel UBS est passé à l'achat, et Renault (+2,1%), tous deux profitant de rachats de positions à découvert après une dégringolade entamée mi-mars.

Repsol prend plus de 6,5% après l'annonce d'une progression de 4% de son bénéfice du premier trimestre, en excluant la participation majoritaire qu'il détient dans le groupe d'énergie YPF saisie par le gouvernement argentin le mois dernier.

Deutsche Telekom gagne 3,4% après avoir maintenu sa prévision annuelle à la suite de la publication d'un bénéfice courant dans le haut de la fourchette de prévision des analystes.

KBC gagne plus de 7,8% après des résultats meilleurs que prévu au premier trimestre, soutenus par une bonne performance de ses activités en Belgique et de trading.

Aegon (+6,6%) a publié jeudi des bénéfices supérieurs aux attentes au titre de son premier trimestre, en raison à la fois de réductions de coûts, d'une amélioration des marchés d'actions et d'une diminution des provisions. Le titre prend 5,68%.

L'euro évolue autour de 1,2935 dollar, près de ses plus bas de trois mois et demi, après avoir enfoncé la barre symbolique de 1,30 dollar la veille, à l'issue de huit séances de baisse d'affilée. La légère baisse des tensions sur la dette espagnole et le maintien de la Grèce à flot avec le versement de 4,2 milliards d'euros freinent son recul.

La Chine a annoncé une hausse de 4,9% de ses exportations en avril, avec un excédent de 18,4 milliards de dollars, en recul par rapport aux attentes de hausse de 8,5%.

L'impasse politique en Grèce et le coût croissant du renflouement des banques espagnoles ravivent les craintes d'une aggravation de la crise de la dette en zone euro.

Les pays de la zone euro ont maintenu la Grèce à flot mercredi en décidant le versement dès jeudi d'une somme de 4,2 milliards d'euros au pays et ce malgré la réticence de certains Etats de procéder à ce paiement après le résultat des élections grecques.

L'Espagne a pris mercredi le contrôle de Bankia, quatrième banque du pays, voulant par là dissiper les doutes sur sa capacité à agir pour assainir un secteur financier plombé depuis quatre ans par l'effondrement du secteur immobilier du pays.

Les investisseurs, qui ont salué une série de bons résultats en Europe, dont Repsol, Deutsche Telekom et Iberdrola, attendent les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

Juliette Rouillon

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...