Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séance

Marché : Les bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séance

Les bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séanceLes bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont accentué leurs pertes lundi à la mi-séance et Wall Street est attendue en baisse, avec des intervenants de marché qui se focalisent à nouveau sur la faiblesse de la conjoncture mondiale, ainsi que sur les risques liés à la crise de la dette en zone euro, plutôt que sur les perspectives encourageantes d'interventions massives des grandes banques centrales.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 1,17% à 3.489,28 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,65% et à Londres, le FTSE 0,6%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne 1,03%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,35% à 0,41%.

Une nouvelle dégradation de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, qui a reculé pour le cinquième mois d'affilée, à son plus bas depuis février 2010, malgré les mesures annoncées par la BCE au début du mois, favorise les prises de profits.

"Les indices d'anticipations (de l'institut de conjoncture allemand) se dégradent très vite dans le secteur manufacturier et dans la construction (...). Cela traduit (...) la dégradation de l'activité globale dans laquelle l'Allemagne tirait bien son épingle du jeu jusqu'à présent", commente Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM. "Cette situation de ralentissement va se traduire par une dégradation supplémentaire du marché du travail", ajoute-t-il.

Les cycliques et financières, grandes bénéficiaires de la récente hausse des cours, sont toujours les valeurs les plus affectées, alors que les défensives s'en tirent mieux.

Toutefois Crédit agricole (-2,4%) figure parmi les plus fortes baisses du CAC 40 à la suite d'une information de presse selon laquelle elle devrait injecter entre 600 et 700 millions d'euros de plus dans sa filiale Emporiki avant de pouvoir la vendre.

L'Espagne, soumise à des pressions contradictoires concernant la nécessité pour le pays de demander une aide internationale, reste au coeur de l'attention. Les intervenants devraient rester prudents en attendent des précisions sur ses intentions.

L'euro a accentué ses pertes de début de séance, à la suite de la publication de l'indice Ifo allemand, et se traite tout juste au-dessus de 1,29 dollar, testant son niveau de soutien à 1,2905 dollar, correspondant au retracement de 23,6% de sa hausse de l'été.

La devise européenne est en retrait de 1,5% par rapport à son pic de 1,3173 dollar atteint le 17 septembre, avec un prochain plancher à 1,2828, sa moyenne mobile à 200 jours.

Le baril de Brent est tombé sous la barre des 110 dollars, affaibli par la fermeté du dollar, plébiscité comme valeur refuge, et par l'indice Ifo qui souligne la faible conjoncture mondiale. Le brut léger américain perd de son côté 1,35% à 91,64 dollars le baril.

A contrario, les futures sur Bunds allemands ont accentué leurs gains après l'indice Ifo et devraient rester bien orientées face à la réticence de l'Espagne à demander une aide extérieure.

Dans ce contexte, les rendements espagnols et italiens restent plus tendus, d'autant que Moody's va faire connaître ses conclusions sur un possible déclassement de la note souveraine espagnole en catégorie spéculative ("junk") d'ici à la fin de la semaine.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...