Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les banques centrales développent leurs opérations en dollars

Marché : Les banques centrales développent leurs opérations en dollars

Les banques centrales développent leurs opérations en dollarsLes banques centrales développent leurs opérations en dollars

par Sakari Suoninen et Marc Jones

FRANCFORT (Reuters) - Les grandes banques centrales de la planète coopéreront pour proposer aux banques des prêts en dollars à trois mois afin de prévenir un gel du marché monétaire qui serait provoqué par la crise de la dette souveraine en Europe.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi qu'elle procéderait à trois opérations à taux fixe à trois mois entre octobre et décembre, de façon à fournir aux banques autant de dollars qu'elles voudront.

Ces opérations sont destinées à amortir un assèchement de la liquidité qui pourrait se produire en fin d'année.

"La Banque centrale européenne a décidé, en coordination avec la Réserve fédérale, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon et la Banque nationale suisse, de mener trois opérations d'apport de liquidité en dollars avec une maturité d'approximativement trois mois, couvrant la fin de l'année", explique la BCE dans un communiqué.

Cette annonce a dopé l'euro et les banques européennes, dont l'indice sectoriel a gagné plus de 4%. Ainsi l'action BNP Paribas a gagné jusqu'à 22% avant de revenir à un gain de 13,4%. (voir

Certaines banques européennes ont du mal à obtenir des financements en dollars pour des périodes de plus de quelques jours, alors que les fonds monétaires américains et les autres prêteurs traditionnels de dollars craignent de plus en plus un défaut grec et ses éventuels effets dévastateurs sur les marchés.

Les banques centrales britannique et suisse prévoient de mener des opérations de prêts à trois mois en dollars en simultané avec la BCE les 12 octobre, 9 novembre et 7 décembre. La Banque du Japon, qui a déjà des opérations en dollars à trois mois, en ajoutera une le 18 octobre.

La Réserve fédérale des Etats-Unis n'offrira pas elle-même des prêts à trois mois aux banques aux Etats-Unis, mais elle maintient en activité des lignes de swaps en dollars avec la BCE et d'autres banques centrales afin d'assurer un apport de dollars régulier lorsque les banques en auront besoin.

La BCE propose déjà des prêts en dollars à sept jours toutes les semaines. Cette offre a été employée mercredi par deux banques pour la deuxième fois en un mois. Le guichet en dollars de la BCE n'avait sinon plus été sollicité depuis février.

Au plus fort de la crise financière en 2008-2009, la BCE avait tenu régulièrement des opérations en dollars à trois mois, avant qu'elle n'y renonce peu à peu, les marchés se calmant. Une opération exceptionnelle à trois mois avait été organisée en de mai 2010 à l'époque du premier plan de sauvetage de la Grèce.

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a estimé que ces annonces d'opérations en dollars à trois mois permettraient aux banques européennes de gagner du temps pour ajuster leur activité en dollars alors que les fonds monétaires américains se retirent d'Europe.

"Toutes les banques européennes, et les françaises ne font pas exception, en effet, sont conduites à réajuster leurs activités en dollars", a-t-il déclaré.

Face à cette situation, des responsables financiers européens ont exhortée les ministres des Finances à renforcer encore le capital des banques.

Ces derniers ont préparé des documents en prévision de la réunion Ecofin (ministres des Finances de l'Union européenne) des 16 et 17 septembre dans lesquels ils mentionnent un "risque de cercle vicieux entre la dette souveraine, le financement des banques et la croissance négative", susceptible de provoquer un gel du crédit.

Face aux nouveaux risques engendrés par la crise de la dette souveraine, les Européens ont songé à étendre les prérogatives du Fonds européen de stabilité financière (FESF), notamment pour recapitaliser les banques.

Pour accroître encore l'impact du fonds, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner pourrait proposer à l'Ecofin de démultiplier ses capacités d'intervention à la manière du TALF (Term Asset-Backed Securities Loan Facility) américain.

Wilfrid Exbrayat et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...