Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les banques allemandes pas touchées par la crise de l'euro

Marché : Les banques allemandes pas touchées par la crise de l'euro

tradingsat

par Philipp Halstrick

FRANCFORT (Reuters) - L'agence de notation Fitch ne voit aucune raison d'abaisser les notes des grandes banques allemandes, alors que la crise des dettes souveraines dans la zone euro s'intensifie, a annoncé jeudi à Reuters un analyste de Fitch.

"Les banques allemandes ont amélioré la quantité et la qualité de leurs positions en capital depuis le début de la crise financière", a déclaré Michael Dawson-Kropf, analyste en chef des banques allemandes à Fitch.

"La crise de la dette souveraine dans la zone euro n'a pour l'instant eu aucun impact sur les positions en capital des grandes banques allemandes", a dit Michael Dawson-Kropf, dans une réponse écrite à des questions de Reuters.

Il n'y a non plus aucun signe de contraction de la liquidité chez les grandes banques allemandes que sont Deutsche Bank et Commerzbank, a-t-il ajouté.

Les perspectives de résultats des banques allemandes semblent bonnes cette année mais une évolution négative des marchés financiers et des perspectives assombries pour l'économie allemande restreindront sans doute les résultats de 2012, a estimé l'analyste.

Une extension de la crise de la dette souveraine de la zone euro pourrait avoir de graves conséquences pour les banques allemandes, a annoncé mercredi l'agence de notation Standard & Poor's (S&P).

Moody's a déclassé mercredi la Société Générale et le Crédit Agricole d'un cran, et a prolongé la surveillance de BNP Paribas, précisant que tout déclassement de la note de BNP serait selon toute probabilité limité aussi à un cran.

Le marché semble porter son attention sur l'exposition moindre des banques allemandes à la dette grecque, par rapport à ses homologues françaises, a dit Michael Dawson-Kropf.

Fitch n'a aucune grande banque allemande sous surveillance avec implication négative en conséquence de la crise de la dette de la zone euro, a-t-il encore dit.

Wilfrid Exbrayat et Mehdi-Nicolas El Moueffak pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...