Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le yuan chinois pourrait dépasser le dollar d'ici 10 ans

Marché : Le yuan chinois pourrait dépasser le dollar d'ici 10 ans

Le yuan chinois pourrait dépasser le dollar d'ici 10 ansLe yuan chinois pourrait dépasser le dollar d'ici 10 ans

par Alan Wheatley

LONDRES (Reuters) - Le yuan chinois pourrait dépasser le dollar américain comme première monnaie de réserve de changes dès la prochaine décennie, estiment certains économistes.

Depuis 2009, Pékin promeut l'utilisation de sa monnaie à l'étranger dans les transactions commerciales. L'accroissement des dépôts à Hong Kong a entraîné l'essor d'un marché obligataire en yuan très dynamique.

L'internationalisation de sa devise commence à offrir à la Chine toute une série de bénéfices financiers et politiques. En particulier, la deuxième économie mondiale pourrait éviter d'augmenter son exposition aux monnaies étrangères, notamment à un billet vert dans lequel elle n'a pas confiance.

Reste que les rigidités qui entourent encore le yuan, ou renminbi (RMB), peuvent l'empêcher de devenir une devise véritablement internationale. Nombre de spécialistes ne voient pas le parti communiste au pouvoir en Chine relâcher son emprise sur la monnaie, son taux de change et ses taux d'intérêt.

Ce n'est pas l'avis d'Arvind Subramanian, de l'Institut Peterson pour l'économie internationale, un cercle de réflexion basé à Washington.

"La prédominance chinoise sur l'économie semble plus imminente et plus élargie -- englobant la production, le commerce et la monnaie -- que ce que l'on veut bien reconnaître aujourd'hui", écrit-il dans son livre, intitulé 'Eclipse: vivre dans l'ombre de la prépondérance économique chinoise'.

SORTIR DU MERCANTILISME

En utilisant un indice de la part de chaque pays dans le produit intérieur brut (PIB) mondial, le commerce et les exportations nettes de capitaux, et en faisant remonter son analyse à 1870, Arvind Subramanian calcule que la Chine est d'ores et déjà sur le point de dépasser les Etats-Unis comme leader de l'économie mondiale.

"D'ici 2030, cette domination pourrait ressembler à celle des Etats-Unis dans les années 1970 ou à celle de la Grande-Bretagne vers 1870. Et cette prédominance, à son tour, va élever le renminbi au rang de première devise de réserve bien plus tôt qu'attendu aujourd'hui", écrit-il.

De fait, cette heure pourrait arriver d'ici 10 ans, selon Barry Eichengreen, célèbre historien de l'économie, qui a établi que le dollar a remplacé la livre sterling comme principale devise mondiale environ 10 ans avant que les Etats-Unis ne dépassent la Grande-Bretagne comme principale puissance économique.

Lors d'un entretien au téléphone, Arvind Subramanian a souligné que l'essor du renminbi n'était pas gravé dans le marbre. Selon lui, il faudra à la Chine lever les freins qui empêchent les étrangers d'accéder au yuan pour des raisons purement financières et gagner la confiance des investisseurs internationaux en améliorant la transparence et la profondeur de ses marchés.

Arvind Subramanian, qui a travaillé pour le Fonds monétaire international (FMI), reconnaît que les partisans de ces réformes n'avaient pas encore gagné en Chine: une partie des dirigeants chinois restent attachés à un modèle basé sur les exportations qui a dopé la croissance du pays et renforcé la légitimité du parti communiste.

Mais l'économiste relève que les désavantages du mercantilisme sont de plus en plus visibles, avec une sous-évaluation artificielle du yuan qui alimente l'inflation et des millions de travailleurs chinois laissés pour compte en 2008 lorsque les exportations se sont effondrées.

Pour lui, la libéralisation du yuan pourrait offrir aux autorités chinoises une sortie par le haut de ce modèle.

L'AFRIQUE COMME TÊTE DE PONT

"Les exportateurs vont hurler lorsque le taux de change montera, mais au moins les dirigeants pourront dire: 'Regardez les énormes bénéfices, le RMB éclipse le dollar et nous avons la première monnaie au monde'. Il me semble que cette carte nationaliste est très importante du point de vue de la politique interne", assène-t-il.

Alicia Garcia-Herrero, économiste de BBVA à Hong Kong, est d'accord pour dire que le yuan pourrait atteindre le statut de monnaie de réserve plus tôt que prévu et être utilisée massivement par les banques centrales et d'autres institutions.

Citant l'exemple de la Thaïlande, elle estime que le yuan pourrait devenir librement convertible même si la Chine ne met pas fin aux barrières autour de sa devise.

"Si la Chine évite des afflux massifs de capitaux, cela pourrait arriver d'ici cinq ans. Il y a cinq ans, il était impossible d'imaginer ce qui est arrivé avec le marché obligataire en RMB", explique-t-elle. "La tendance est très claire."

Pour Simon Freemantle et Jeremy Stevens, économistes chez Standard Bank, 40% des échanges entre la Chine et l'Afrique s'effectueront en renminbi d'ici 2015. Cela correspondrait à 70 milliards d'euros, soit plus que le commerce bilatéral entre la deuxième économie mondiale et l'Afrique en 2010.

"La Chine commencera son programme en ciblant des partenaires africains qui sont d'importantes destinations pour les exportations chinoises, des poids-lourds régionaux qui ont des marchés financiers matures: d'abord le Nigeria et l'Afrique du Sud, ensuite le Kenya, puis l'Angola et le Ghana", écrivent-ils dans un rapport.

Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...