Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le statu quo demeure entre l'oréal et nestlé

Marché : Le statu quo demeure entre l'oréal et nestlé

Le statu quo demeure entre l'oréal et nestléLe statu quo demeure entre l'oréal et nestlé

PARIS (Reuters) - Le placement sous tutelle de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt ne modifie en rien les accords passés avec Nestlé pour contrôler le numéro un mondial des cosmétiques, ont déclaré lundi la fille de la milliardaire, Françoise Meyers, et ses deux fils.

Le géant suisse de l'alimentaire possède une participation de 29,7% dans L'Oréal, ce qui fait de lui le deuxième actionnaire du groupe derrière la famille Bettencourt, qui détient 30,9% du capital.

La famille et Nestlé sont liés jusqu'en 2014 par un pacte d'actionnaires qui donne un droit de préemption à chacune des parties si l'une d'elles se décidait à vendre ses parts.

Bien que Nestlé se soit engagé au statu quo du vivant de Liliane Bettencourt et pendant une durée de six mois après sa disparition, des rumeurs font régulièrement état d'une possible OPA de Nestlé.

"La décision rendue ne modifie en rien les accords conclus en 2004 entre la famille Bettencourt et Nestlé", déclarent Françoise Meyers et ses fils dans un communiqué publié quelques minutes après le placement sous tutelle de Liliane Bettencourt, à la demande de sa fille.

"S'agissant de L'Oréal, c'est la holding familiale Téthys qui continuera à exercer seule les droits de vote de la famille", ajoutent-ils, précisant que les équilibres de l'actionnariat et du conseil d'administration ne seront pas modifiés.

La décision de placer Liliane Bettencourt sous tutelle semble néanmoins remettre en question son poste d'administratrice au conseil de L'Oréal, un point qui n'est pas directement abordé dans le communiqué.

Françoise Meyers et ses fils réaffirment en outre qu'ils ne souhaitent pas vendre leurs parts, soulignant "l'attachement profond de toute la famille à L'Oréal, et leur souhait intact de continuer à en accompagner le développement dans le futur".

L'Oréal s'est refusé à tout commentaire.

Thierry Lévêque, Pascale Denis et Julien Ponthus, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...