Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le ralentissement du marché automobile se fait sentir en europe

Marché : Le ralentissement du marché automobile se fait sentir en europe

Le ralentissement du marché automobile se fait sentir en europeLe ralentissement du marché automobile se fait sentir en europe

par Maria Sheahan

FRANCFORT (Reuters) - Daimler et Volkswagen ont alimenté jeudi le sentiment morose qui se dessine pour le secteur automobile européen, révisant à la baisse leurs prévisions de demande sur le Vieux Continent, fragilisé par la crise de la dette.

Ces avertissements s'ajoutent à ceux d'autres constructeurs automobiles qui bénéficiaient jusqu'à présent d'une croissance solide sur les marchés émergents mais qui s'inquiètent de plus en plus de leur activité en Europe.

Daimler a ainsi annoncé jeudi un bénéfice d'exploitation plus faible qu'attendu au troisième trimestre, la mauvaise conjoncture ayant pesé sur le marché des voitures de luxe: les ventes de la marque Mercedes-Benz ont reculé de 2% en Europe occidentale, stagnant même en Allemagne.

"Au début du quatrième trimestre 2011, les perspectives de l'économie mondiale sont nettement moins favorables qu'il y a encore quelques mois", a commenté Daimler dans son rapport financier.

Les résultats moroses de Daimler interviennent au lendemain de l'annonce par Ford d'une chute de son bénéfice trimestriel, que le constructeur américain explique en partie par ses difficultés en Europe.

Les ventes automobiles reculent bel et bien en Europe, tandis que la croissance en Chine, un marché devenu clé pour les entreprises depuis la crise de 2008-2009, tend elle aussi à ralentir.

DIFFICULTÉS À L'HORIZON 2012

"La situation tendue de la dette dans certains pays de la zone euro et la fin de certains programmes de subventions auront un impact négatif sur la demande de nouveaux véhicules dans de nombreux pays d'Europe occidentale", a de son côté averti Volkswagen dans son rapport financier trimestriel.

Le premier constructeur européen, qui a cependant enregistré une hausse à deux chiffres de ses ventes et une plus-value liée à la fusion avec Porsche, devrait poursuivre sa croissance grâce à ses marchés d'Europe de l'Est, d'Inde, de Chine et des Amériques.

Le français PSA Peugeot Citroën a quant à lui averti mercredi que sa division automobile pourrait être à peine rentable cette année et a annoncé 6.000 suppressions d'emplois en vue de restaurer sa compétitivité.

VISIBILITÉ FAIBLE

Renault a en revanche publié jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 11,9% à 9,745 milliards d'euros au troisième trimestre et un volume de ventes record de 632.412 unités.

"Les incertitudes macro économiques, notamment en Europe, n'ont pas eu à ce stade d'incidence notable sur la demande automobile", a estimé le groupe, qui attend pour 2011 une croissance du marché mondial de 3% avec un marché européen stable et un marché français en baisse de 3%.

Son PDG Carlos Ghosn avait prédit la semaine dernière une nouvelle année record pour le secteur en 2012, à moins d'une crise économique "de style Lehman".

Toutefois, Dominique Thormann, directeur financier du groupe s'est montré plus prudent, déclarant au cours de la présentation aux analystes de son chiffre d'affaires trimestriel qu'il est prématuré de faire des prévisions pour 2012 car la visibilité reste faible au-delà de la fin de cette année.

Le groupe Fiat-Chrysler a par ailleurs atteint un bénéfice courant de 851 millions d'euros au troisième trimestre, au-dessus du consensus des analystes établi par Fiat (705 millions d'euros).

Le solide résultat de Chrysler a contribué pour deux tiers au total et permet de compenser la faiblesse des ventes en Europe.

Les constructeurs de poids lourds se préparent aussi à une baisse de la demande, dans un secteur lié de près au commerce international et à la santé de l'économie dans son ensemble.

Les transports routiers représentent près des trois quarts du fret intérieur de l'Union européenne, d'après le site internet de l'Association des constructeurs européens d'automobile (Acea).

Or les chiffres publiés jeudi par l'Acea montrent que les signes d'un ralentissement de la demande n'ont pas encore atteint les ventes de camions, ces derniers enregistrant en septembre une hausse de 4,5% des immatriculations.

Natalie Huet pour le service français, édité par Catherine Monin et Jean Décotte

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...