Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le portugal promet de respecter ses objectifs de déficit

Marché : Le portugal promet de respecter ses objectifs de déficit

Le portugal promet de respecter ses objectifs de déficitLe portugal promet de respecter ses objectifs de déficit

BRUXELLES/LISBONNE (Reuters) - Le Portugal a promis vendredi de prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre ses objectifs de déficit budgétaire, après le rejet par la cour constitutionnelle du pays de l'une des mesures d'austérité proposées par Lisbonne.

La décision de la cour pousse le gouvernement portugais de centre-droit à redoubler d'efforts pour réduire son déficit public alors que le pays, qui a reçu une aide financière de 78 milliards d'euros, fait face aux pressions de la Commission européenne pour prévoir de nouvelles mesures d'assainissement budgétaire l'an prochain.

Jeudi, un organisme parlementaire qui suit l'exécution du budget a estimé que le Portugal était susceptible de manquer son objectif de déficit budgétaire fixé pour 2012, à moins qu'il n'y ait une amélioration des recettes tirées des impôts indirects.

Plus tard dans la journée, la cour constitutionnelle portugaise a déclaré que les baisses de salaires envisagées pour les fonctionnaires ne pouvaient être appliquées uniquement aux travailleurs du secteur public.

Toutefois, la Commission européenne a estimé vendredi que le Portugal devrait être en mesure d'atteindre son objectif de déficit budgétaire pour cette année.

L'avis de la cour ne porte pas sur les dispositifs de l'année en cours et ne menace donc pas l'objectif de 2012, qui prévoit un déficit à 4,5% du produit intérieur brut (PIB), a souligné le porte-parole de la Commission, Simon O'Connor.

"L'objectif pour 2012, certes compliqué dans un environnement macroéconomique difficile, reste de ce fait atteignable", a-t-il dit.

Ce dernier a toutefois ajouté que Lisbonne allait devoir faire de nouvelles propositions pour 2013.

EXEMPLAIRE

Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a indiqué vendredi que le gouvernement devait désormais décider d'appliquer ou non les réductions de salaires aussi bien au secteur privé qu'aux fonctionnaires.

"Aujourd'hui, je veux réaffirmer notre détermination à contrôler le déficit public, à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que nos objectifs soient atteints", a-t-il dit.

Bruxelles et Berlin ont déjà salué par le passé la détermination de Lisbonne à réduire son déficit public et à réformer son économie, alors que la crise de la dette a plongé le pays dans sa pire récession depuis les années 1970.

L'économiste portugais Filipe Garcia, de la société de consultants Informaçao de Mercados Financeiros, a dit s'attendre à ce que le ralentissement économique en Europe conduise l'Union européenne et le Fonds monétaire international à accorder plus de temps au Portugal pour mettre en oeuvre ses objectifs.

"Je pense qu'il s'agira d'une décision naturelle venant de la troïka elle-même, reconnaissant les efforts déjà consentis par le pays. C'est dans l'intérêt de l'Europe de présenter le Portugal en bon exemple", a-t-il dit.

Le gouvernement portugais a souligné que ses partenaires européens avaient promis de soutenir le Portugal si le pays ne parvenait pas à se financer lui-même sur les marchés de dette d'ici la fin de 2013 comme prévu.

Le Portugal est parvenu l'an dernier à remplir son objectif d'un déficit public à 5,9% du PIB mais beaucoup estiment que cela n'a été possible que grâce à un transfert exceptionnel des actifs des fonds de pension des banques vers l'Etat.

Cette année, le Portugal doit limiter son déficit à 4,5% du PIB et l'année prochaine à 3%.

Sur les marchés, le rendement des obligations portugaises à 10 ans ne progressait que de 5 points de base, à 10,30%, malgré la décision de la cour, et restait loin de ses plus hauts historiques atteints en janvier à plus de 17%.

Rex Merrifield à Bruxelles, Axel Bugge, Andrei Khalip et Sergio Goncalves à Lisbonne, Benoit Van Overstraeten et Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...