Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le plan sur la dette us en attente de vote, les marchés nerveux

Marché : Le plan sur la dette us en attente de vote, les marchés nerveux

Le plan sur la dette us en attente de vote, les marchés nerveuxLe plan sur la dette us en attente de vote, les marchés nerveux

par Andy Sullivan et Laura MacInnis

WASHINGTON (Reuters) - Elus républicains et démocrates, après des mois de discorde, mettent les bouchées doubles pour tenter de voter dès ce lundi l'accord conclu in extremis pour relever le plafond de la dette des Etats-Unis.

Selon une source républicaine du Congrès, le vote de la Chambre des représentants sur le compromis budgétaire aura probablement lieu dans la soirée, à une heure encore indéterminée, avant que le Sénat ne se prononce à son tour si le texte est validé.

L'accord annoncé dimanche soir par le président Barack Obama prévoit de réduire le déficit américain d'au moins 2.400 milliards de dollars en 10 ans et doit permettre à la première économie mondiale d'éviter de se retrouver en défaut de paiement.

Le Bureau du budget du Congrès (CBO), non partisan, a confirmé que le compromis réduirait le déficit d'au moins 2.100 milliards sur dix ans.

Le républicain Tom Cole, qui votera à la Chambre des représentants, a dit s'attendre à ce que celle-ci approuve largement le texte, mais a ajouté que quelques voix démocrates pourraient tout de même être nécessaires.

Nancy Pelosi, chef de la minorité démocrate de la Chambre, a indiqué de son côté n'avoir pas encore décidé si elle voterait pour ou contre, évoquant des inquiétudes concernant le manque de nouvelles sources de revenus budgétaires.

"Nous sommes très inquiets que le texte procède à toutes ces coupes mais n'inclue aucune contribution des gens les plus riches de notre pays, aucun revenu. C'est déconcertant", a-t-elle dit.

"NOUS ALLONS RÉUSSIR"

Le plan pourrait aussi se heurter à une opposition farouche de certains républicains à la Chambre des représentants où les conservateurs du Tea Party ont déjà qualifié les réductions de dépenses de "blague".

Au Sénat, le chef du groupe républicain (minoritaire) Mitch McConnell s'est dit confiant quant à l'adoption du plan.

"Nous sommes très optimistes. Nous allons réussir", a-t-il déclaré à la presse.

Harry Reid, son homologue démocrate, a néanmoins souligné que l'accord avait reçu un accueil mitigé lors d'une réunion entre sénateurs démocrates.

Dans l'immédiat en tout cas, une onde de soulagement a accompagné dans les chancelleries l'annonce du compromis trouvé à Washington. Quoi qu'il en soit, estiment cependant investisseurs et économistes, le compromis trouvé n'éloigne pas le risque d'une dégradation de sa note souveraine.

Sur les marchés, très fébriles ces derniers jours à la perspective d'un défaut de paiement si aucun accord n'émergeait avant la date butoir du 2 août, le soulagement a été gâché par une nouvelle statistique illustrant le ralentissement marqué de l'économie américaine.

Les marchés d'actions, qui avaient ouvert en hausse des deux côtés de l'Atlantique, se sont retournés à la baisse après l'annonce d'une croissance de l'activité manufacturière quasi anémique en juillet, l'indice ISM du secteur ayant touché son niveau le plus bas depuis deux ans

Ce mauvais chiffre est venu confirmer les menaces qui pèsent sur la croissance américaine, qui a marqué le pas au premier semestre 2011.

Natalie Huet et Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...