Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le plan d'aide plongerait le portugal en récession

Marché : Le plan d'aide plongerait le portugal en récession

Le plan d'aide plongerait le portugal en récessionLe plan d'aide plongerait le portugal en récession

par Sergio Gonçalves

LISBONNE (Reuters) - Les modalités du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros consenti au Portugal devraient plonger le pays dans une profonde récession en 2011 et 2012, estime-t-on mercredi de source haut placée.

Le Premier ministre portugais José Socrates a annoncé mardi soir un accord avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international sur un plan de renflouement de trois ans, faisant de Lisbonne la troisième capitale européenne à demander de l'aide après Athènes et Dublin.

Des responsables de l'UE et du FMI devaient rencontrer dans la journée des membres du principal parti d'opposition pour obtenir leur accord sur les modalités du plan, alors que des élections législatives anticipées sont prévues le 5 juin.

José Socrates, qui reste à la tête d'un gouvernement chargé des affaires courantes jusqu'au scrutin, a dit voir dans cet accord une victoire, estimant que ses conditions sont plus clémentes que celles imposées à la Grèce et à l'Irlande.

Mais la source haut placée a déclaré à Reuters que les mesures d'austérité demandées à Lisbonne, notamment les hausses d'impôts, tendaient vers "une contraction de 2% du produit intérieur brut en 2011 et 2012".

Selon cette source, l'imposition des véhicules et de l'immobilier va augmenter et il y aura une réduction des aides dans les secteurs de l'éducation, de la santé et du logement.

En outre, 5,3 milliards d'euros de recettes seront tirées de privatisations.

Jonathan Loynes, économiste en chef pour l'Europe chez Capital Economics, prévoit également une contraction de 2% du PIB cette année.

"Même si la confirmation du plan de sauvetage devrait rassurer quelque peu sur la capacité du Portugal à faire face à ses échéances obligataires à venir, elle ne mettra pas un terme aux spéculations sur le fait (...) que (Lisbonne) devra tôt ou tard se résoudre à appliquer une certaine forme de restructuration de sa dette", juge-t-il.

De fait, l'annonce de l'accord a provoqué une certaine détente pour le papier portugais, dont les rendements ont reculé pour la première fois depuis plusieurs semaines.

Le taux de l'emprunt à 10 ans, qui a touché mardi un plus haut historique depuis l'introduction de l'euro à 10,32%, reculait autour de 10% mercredi. Le spread avec le Bund allemand de même échéance a lui baissé à 677 points de base (pdb), contre un pic à 707 pdb mardi.

Lisbonne a emprunté mercredi environ 1,12 milliard d'euros à trois mois, soit un peu plus que prévu, à des rendements en hausse par rapport à fin avril.

12 MILLIARDS D'EUROS POUR LES BANQUES

Selon les termes du plan annoncé mardi, le Portugal devra ramener son déficit budgétaire à 5,9% du PIB cette année, alors qu'il visait jusque-là 4,6%. Le déficit devra ensuite être ramené à 4,5% du PIB en 2012 et à 3% en 2013, au lieu de 3% et 2% précédemment projetés.

En 2010, Lisbonne affichait un déficit à 9,1% du PIB.

Par ailleurs, la source a indiqué que le plan de sauvetage comprenait 12 milliards d'euros pour une recapitalisation du secteur bancaire. L'accord prévoit que les banques portugaises devront porter leur ratio de fonds propres "durs" (core Tier 1) à 9% fin 2011 et à 10% fin 2012.

A Athènes, le porte-parole du gouvernement grec Georges Petalotis a salué dans un communiqué le plan portugais, estimant qu'il "contribuera à réduire l'incertitude sur les marchés, ce dont a besoin l'ensemble de l'Europe".

La Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI ont discuté pendant près d'un mois avec le gouvernement portugais les modalités du renflouement, qui doit désormais être validé par le Parti social-démocrate, principale formation d'opposition.

Le gouvernement qui sera issu des élections de juin devra aussi endosser les modalités du plan de sauvetage, dont José Socrates a dit qu'il ne nécessiterait aucun changement dans la Constitution.

Le taux d'intérêt du prêt consenti à Lisbonne devrait être fixé par les ministres des Finances de la zone euro lors de la réunion de l'Eurogroupe de la mi-mai, à temps pour que Lisbonne puisse honorer un remboursement obligataire de 4,9 milliards d'euros le 15 juin.

"Même si le montant est désormais connu, le détail le plus intéressant sera le taux d'intérêt que le Portugal devra payer, donc nous restons dans l'expectative", estime Michael Leister, stratège taux chez WestLB.

Avec Georges Georgiopoulos à Athènes, Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...