Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le marché automobile français à la peine en juillet

Marché : Le marché automobile français à la peine en juillet

Le marché automobile français à la peine en juilletLe marché automobile français à la peine en juillet

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Dacia, la marque low cost du groupe Renault, a fait des étincelles en France en juillet en doublant le nombre de ses immatriculations alors que le marché automobile français repartait en nette baisse.

Le mois dernier, les immatriculations de voitures particulières neuves ont reculé de 7% en données brutes par rapport juillet 2011 et de 15,5% en données corrigées des jours ouvrables (CJO, juillet ayant compté 2 jours de plus que l'an dernier), a annoncé mercredi le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Les groupes français Renault et PSA Peugeot Citroën ont vu leurs immatriculations baisser de 10,4% contre un repli de seulement 2,8% pour les constructeurs étrangers. Le gouvernement a donné fin juillet un nouveau coup de pouce à la filière française - un plan de près de deux milliards d'euros au total axé sur des aides aux véhicules "propres".

En juin, les immatriculations avaient baissé respectivement de 0,9% et de 5,6%. Sur les sept premiers mois de l'année, le recul du marché automobile français ressort, toujours sur un an, à 13,5% en données brutes et à 14,1% en données CJO.

"On reste sur la même tendance négative depuis le début de l'année", commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. "La demande des particuliers n'est pas là, les opérations traditionnelles ne fonctionnent pas comme avant, la barre des deux millions de voitures sur l'année s'éloigne de plus en plus."

Le cap de deux millions d'immatriculations en 2012 représente une baisse de 10% du marché.

Le CCFA avait prévenu le mois dernier que la contraction attendue cette année pourrait être plus proche du bas de la fourchette de -10 à -8% anticipée jusqu'ici. Peugeot et Renault avaient également revu en baisse en juin leurs prévisions pour le marché français en 2012, respectivement à -11% et -12%.

DACIA DEVANT FORD ET OPEL

Les promotions estivales, qui se sont poursuivies en juillet, ont davantage profité à certaines marques étrangères qu'aux marques françaises. La marque Renault a vu ses immatriculations chuter de 26,6% et celles de Peugeot, première marque du groupe PSA, ont baissé de 12,5% malgré la nouvelle 208.

Grâce à Citroën (-6,8%), PSA parvient à ramener son recul sur le mois à 9,9% tandis que pour l'ensemble du groupe Renault, la baisse est limitée à 11,2% grâce à un bond de Dacia, dont les immatriculations ont pratiquement doublé en juillet (+99,5%).

Avec une part de marché supérieure à 6%, contre 4% environ en juin, la marque low cost dépasse sur le mois Opel et Ford et devient la cinquième marque la plus immatriculée en France.

Le lancement du monospace Lodgy, fabriqué au Maroc, a contribué à cette performance, alors que parallèlement les ventes de Renault, qui compte au coeur de son catalogue deux modèles concurrents - Scenic et Kangoo -, sont en chute libre sur le mois. Renault a toujours assuré que Dacia n'empiétait pas sur ses propres ventes, mais sur le marché de l'occasion.

Chez les constructeurs généralistes étrangers, Volkswagen résiste avec plusieurs modèles de référence comme la Golf (+4,9% d'immatriculations pour la marque VW) et Skoda, marque low cost du groupe allemand dont les immatriculations ont augmenté de 10,1%.

Les immatriculations de Toyota ont progressé de 13,3% et celles du coréen Hyundai-Kia ont encore bondi de 37,4% tandis que les immatriculations de voitures Chevrolet (groupe General Motors), elles aussi produites en Corée, ont augmenté de 2%.

Certains généralistes étrangers ont toutefois enregistré comme les marques françaises des performances décevantes : la marque Fiat (-12,4%), Opel (-25,9%, groupe GM), Ford (-17,9%) mais aussi Nissan, dont les immatriculations ont dégringolé de 3,6% après un mois de juin en fanfare.

Si les ventes de voitures en France ont baissé pour le neuvième mois d'affilée, celles d'utilitaires légers ont rebondi de 1,9% en données brutes sur un an, leur première hausse depuis décembre.

Les immatriculations espagnoles, publiées mercredi également, ont fait apparaître une chute de 17,2% en juillet. L'effondrement de ce marché, qui a signé son 23e mois de baisse en deux ans, est en partie responsable des difficultés financières que rencontre actuellement PSA.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...