Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le français lactalis lance une opa sur l'italien parmalat

Marché : Le français lactalis lance une opa sur l'italien parmalat

tradingsat

par Antonella Ciancio et Emmanuel Jarry

MILAN (Reuters) - Le groupe français de produits laitiers Lactalis a lancé mardi une OPA de 3,4 milliards d'euros sur son concurrent italien Parmalat, poussant l'Italie et la France à tenter de désamorcer toute querelle entre les deux pays sur la question.

Lactalis propose 2,6 euros par action Parmalat pour donner naissance au numéro un mondial des produits laitiers, avec un chiffre d'affaires pro forma combiné de 14 milliards d'euros.

Le groupe familial français, numéro un européen des produits laitiers, est monté à 29% du capital de son concurrent italien le mois dernier, devenant son premier actionnaire. Cette offensive a fait craindre au gouvernement de Silvio Berlusconi qu'un des grands noms de l'agroalimentaire de la péninsule ne tombe en des mains étrangères.

Le lancement de l'OPA a été annoncé quelque heures avant une réunion entre le président du Conseil italien et le président français Nicolas Sarkozy visant à apaiser les relations entre les deux pays. Ces rapports se sont tendus du fait de l'appétence des groupes français pour les entreprises italiennes et l'arrivée d'immigrants d'Afrique du Nord liée aux crises tunisienne et libyenne.

"Je ne considère pas que cette OPA soit hostile", a déclaré Silvio Berlusconi lors d'une conférence de presse commune à l'occasion du 29e sommet franco-italien.

Nicolas Sarkozy a ajouté que Rome et Paris allaient mandater chacun un haut fonctionnaire pour tenter de "rapprocher les positions" entre Lactalis et Parmalat.

POSSIBLE CONTRE-OFFRE ITALIENNE

Le gouvernement italien est très préoccupé des visées des groupes français sur les grandes sociétés italiennes, avec notamment le dossier EDF-Edison et le rachat du joaillier Bulgari par le groupe de luxe LVMH.

Le président d'Edison Giuliano Zuccoli a déclaré mardi qu'EDF aurait une participation majoritaire dans la compagnie d'électricité.

La bataille pour le contrôle de Parmalat a incité le gouvernement italien à étudier la création d'un fonds pour investir dans des sociétés jugées stratégiques. Parmi les actionnaires de ce consortium figureraient la holding d'Etat Cassa Depositi e Prestiti (CDP) et les banques Intesa Sanpaolo, UniCredit et Mediobanca.

Une source proche du dossier a indiqué que la CDP allait organiser une téléconférence avec les trois banques concernant l'OPA sur Parmalat.

"Ce qu'a fait Lactalis était la meilleure chose qu'elle puisse faire. La prochaine étape sera sans doute une contre-offre italienne", estime Simone Ragazzi, analyste chez l'italien Centrobanca, qui précise que cette possibilité reste encore floue.

"JUSTE PRIX"

Le prix proposé par Lactalis, qui n'est pas coté en Bourse, représente une prime de 21,3% par rapport au cours de Parmalat des 12 derniers mois, a précisé le groupe français.

L'action Parmalat, qui avait été suspendue dans l'attente d'un communiqué, gagnait près de 11% vers 14h00 GMT, à 2,566 euros, se rapprochant du prix proposé. Jeudi, Parmalat a fini à 2,3120 euros à la Bourse de Milan.

Lactalis, groupe basé à Laval (Mayenne) détenant des marques comme Lactel, Président, La Laitière ou encore Galbani (Italie), dit vouloir maintenir la cotation en Bourse du groupe.

Gertjan Van Der Geer, responsable d'investissements à la banque suisse Pictet trouve "bizarre" le maintien de la cotation de Parmalat. "C'est sans doute pour donner un parfum d'Italie", estime-t-il.

A son avis, il serait "beaucoup plus intéressant" de faire entrer Lactalis en Bourse à la fois en France et en Italie.

Il estime que 2,6 euros par titre est un "juste prix" étant donné que l'action avait beaucoup monté auparavant, et juge que Lactalis pourrait utiliser à bon escient le cash de Parmalat.

Le groupe italien est considéré comme une cible intéressante notamment en raison de la trésorerie de 1,4 milliard d'euros accumulée principalement au fil des accords de règlement consécutifs à la renaissance du groupe agroalimentaire après son spectaculaire dépôt de bilan en 2003.

Selon des analystes, le rachat de Parmalat pourrait permettre à Lactalis de développer au-delà de son activité dans les fromages et de prendre pied sur des marchés comme le Canada, l'Afrique du Sud ou l'Australie.

La Commission européenne a réagi mardi à l'annonce de Lactalis en déclarant s'attendre à ce que l'OPA soit soumise aux autorités européennes de la concurrence.

"Nous prenons acte de cette annonce et nous prévoyons que l'offre sera notifiée à la Commission pour un examen selon les règles de contrôle de l'UE", a déclaré une porte-parole de l'exécutif européen.

Danielle Rouquié et Jean Décotte pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...