Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le fmi évalue à 40 milliards les besoins des banques en espagne

Marché : Le fmi évalue à 40 milliards les besoins des banques en espagne

tradingsat

par Jesús Aguado et Carlos Ruano

MADRID (Reuters) - Le rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur les banques espagnoles montrera que ces dernières ont besoin d'une injection de capital d'au moins 40 milliards d'euros, ont dit jeudi à Reuters deux sources du secteur financier.

Ce rapport, qui doit être publié lundi, va souligner que le secteur bancaire a besoin au total de 90 milliards d'euros mais que les établissements en bonne santé sont capables de supporter eux-mêmes une partie de cette somme, a dit l'une des deux sources.

"Le manque en capital pour les banques espagnoles sera de l'ordre de 40 milliards d'euros après avoir pris en compte la capacité de certaines entités à couvrir les pertes attendues avec leurs propres ressources", a-t-elle ajouté.

Des sources gouvernementales n'ont pas souhaité commenter ce chiffre et l'une d'elles a assuré que le FMI n'avait pas encore terminé ses évaluations.

Le rapport du FMI et un audit indépendant mené par les consultants Oliver Wyman et Roland Berger permettront de déterminer l'ampleur d'un probable plan de soutien aux banques espagnoles, actuellement à l'étude à Madrid, Bruxelles et Berlin pour restaurer la confiance des marchés en l'Espagne et plus généralement dans la zone euro.

FITCH DÉGRADE À "BBB"

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a répété jeudi que l'Espagne ne ferait pas appel à une aide internationale tant qu'elle ne connaîtra pas le montant exact dont elle a besoin pour recapitaliser ses banques.

Le coût des intérêts d'emprunt espagnols a fortement augmenté ces dernières semaines, les investisseurs s'inquiétant de la capacité de Madrid à recapitaliser ses banques et à éviter une nouvelle dégradation de ses finances publiques.

L'Espagne a néanmoins adjugé jeudi 2,07 milliards d'euros de dette à deux, quatre et dix ans, soit un peu plus que l'objectif maximum de 2,0 milliards annoncé, démontrant qu'elle peut encore faire appel au marché pour couvrir ses besoins de financement, même à un coût sensiblement plus élevé et en offrant des montants modestes.

Le ministre du Trésor avait estimé en début de semaine qu'aux taux actuels, la porte des marchés était fermée pour Madrid.

La pression sur l'Espagne devrait cependant s'accentuer dans les jours qui viennent, l'agence de notation Fitch ayant annoncé jeudi avoir abaissé sa note souveraine de trois crans, à "BBB", et laissé entendre qu'un nouveau déclassement n'était pas exclu à moyen terme en plaçant une perspective négative sur cette nouvelle note.

La note "BBB", qui maintient Madrid en catégorie investissement, est la plus basse parmi les trois grandes agences de notation.

Avec Nigel Davies à Madrid et William Schomberg à New York, Benoit Van Overstraeten et Tangi Salaün pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...