Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le fmi appelle la grèce à mettre en place les réformes convenues

Marché : Le fmi appelle la grèce à mettre en place les réformes convenues

Le fmi appelle la grèce à mettre en place les réformes convenuesLe fmi appelle la grèce à mettre en place les réformes convenues

par Ingrid Melander et George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - Les craintes d'un défaut de la Grèce plombent à nouveau les Bourses européennes et l'euro peu avant un entretien entre le gouvernement grec et l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) au sujet des mesures nécessaires pour garantir le versement de la prochaine tranche du plan d'aide international.

Quelques heures avant une conférence téléphonique - programmée à 16h00 GMT entre le ministre grec des Finances et les inspecteurs de la troïka UE-FMI-BCE - le représentant du FMI pour la Grèce a déclaré que le pays devait prendre des mesures d'économie supplémentaires pour ramener les déficits à des niveaux supportables.

Lors de cette conférence téléphonique, Evangelos Venizelos exposera le plan d'assainissement des comptes publics aux inspecteurs de la troïka qui décideront ou non de débloquer les huit milliards d'euros dont Athènes aura besoin en octobre pour éviter un défaut.

"La balle est dans le camp grec, la clef réside dans la mise en oeuvre des réformes", a dit Bob Traa, le représentant du FMI pour la Grèce, lors d'une conférence.

Selon ce dernier, la Grèce doit supprimer des postes dans la fonction publique, supprimer les salaires et les retraites des fonctionnaires et améliorer son système de collecte de taxes - plutôt que de créer de nouveaux impôts - pour s'en sortir.

Les autorités grecques ont promis dimanche des mesures draconiennes pour éviter un défaut de paiement des intérêts de la dette et obtenir le versement de la prochaine tranche du plan d'aide international.

George Papandreou, chef du gouvernement, a renoncé à une visite aux Etats-Unis pour présider un conseil des ministres à la veille d'une échéance cruciale pour le déblocage de cette nouvelle tranche.

Evangelos Venizelos, qui a déclaré que la priorité du budget 2012 serait la réduction des dépenses, s'est dit confiant dans l'octroi de la sixième tranche d'aide du plan UE/FMI.

CHUTE DES BOURSES

Vers la mi-journée, les Bourses européennes étaient en forte baisse en raison du retour des craintes de voir la Grèce faire défaut, le CAC 40 cédant 2,4%, la place de Londres 1,7% et celle de Francfort 2,5%.

Les marchés financiers sont également plombés par un nouvel échec du parti de la chancelière Angela Merkel à des élections locales, qui risque d'ajouter un obstacle supplémentaire sur le chemin, laborieux, d'une solution à la crise de la dette souveraine en zone euro.

L'incapacité des ministres de la zone euro à trouver une solution à la crise, lors d'une réunion en Pologne ce week-end, est un troisième facteur de baisse.

Pour ces mêmes raisons, le coût pour s'assurer contre un risque de défaut des pays périphériques de la zone euro est en hausse tandis que l'euro cédait plus de 1% face au dollar, à 1,3662 dollar.

Le rendement des obligations italiennes à dix ans est en hausse de 10 points de base, à 5,62%, l'écart avec les Bunds allemands de même échéance augmentant de 16 points à 382 pdb.

Le coût supporté par Madrid pour se financer est lui en hausse de 10 points de base à 5,41%.

Un rendement de 6% pour les obligations italiennes et espagnoles est considéré comme insupportable sur le moyen terme pour Rome et Madrid.

Bob Traa s'est inquiété du manque de soutien du grand public pour le programme d'austérité FMI/UE, tout en disant que les autres pays de la zone euro étaient aux côtés d'Athènes sous réserve que le gouvernement montrait qu'il agissait pour maîtriser ses déficits.

Ceci étant dit, même si la troïka donnait son feu vert au versement de la prochaine tranche d'aide, nombre d'économistes et d'investisseurs pensent qu'un défaut du pays - dont l'endettement est supérieur à 150% du produit intérieur brut (PIB) - n'est qu'une question de mois.

George Georgiopoulos et Ingrid Melander, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...