Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le directeur du fesf ne prévoit pas d'accord rapide avec pékin

Marché : Le directeur du fesf ne prévoit pas d'accord rapide avec pékin

tradingsat

PÉKIN (Reuters) - Le directeur général du Fonds européen de stabilité financière (FESF) Klaus Regling, en visite en Chine vendredi, a déclaré ne pas s'attendre à parvenir à un accord définitif avec Pékin à cette occasion mais prévoit que les autorités chinoises continueront à acheter des obligations émises par le Fonds.

Dans le cadre de l'accord trouvé jeudi par les dirigeants européens, de grands pays émergents comme la Chine pourraient participer à la création d'un "véhicule spécial" au sein du FESF, contribuant à démultiplier la capacité de ce dernier au-delà de 1.000 milliards d'euros.

"Nous savons tous que la Chine a un besoin particulier d'investir ses excédents", a dit Klaus Regling lors d'une conférence de presse.

La Chine est un acheteur régulier des obligations émises par le Fonds, et les analystes estiment qu'un tiers de ses réserves - qui sont les plus importantes au monde, de l'ordre de 3.200 milliards de dollars - sont libellées en euros.

Le dirigeant du FESF devait rencontrer dans la journée des responsables de la banque centrale chinoise et du ministère des Finances. Il a dit vouloir savoir comment le Fonds pourrait structurer les investissements proposés afin d'attirer des capitaux.

PAS À L'AGENDA DU G20

La Chine n'a pas déclaré expressément vouloir investir dans le Fonds, même si elle a fait part à plusieurs reprises de sa confiance dans la capacité de l'Europe à surmonter la crise de la dette.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a notamment exprimé jeudi le soutien de la Chine aux mesures prises en Europe pour juguler la crise de la dette et ajouté que Pékin était "disposé à faire des efforts conjoints pour préserver la reprise et la croissance de l'économie mondiale".

Le ministre adjoint des Finances chinois a toutefois déclaré vendredi que l'achat d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) n'était pas à l'agenda du prochain sommet du G20, prévu les 3 et 4 novembre à Cannes.

Klaus Regling a souligné de son côté que la Chine devait être assurée de la solidité de la note de crédit "triple-A" dont bénéficie le fonds de solidarité de la zone euro.

"Je pense que le FESF peut offrir un bon produit qui soit commercialement intéressant", a-t-il déclaré.

La Chine n'a pas demandé de contrepartie particulière en échange de son soutien à la zone euro, a-t-il fait savoir, répondant à une question en ce sens.

"Il n'y a pas d'accord spécial", a dit Klaus Regling, soulignant que les Chinois achetaient des obligations "comme tout le monde", selon les conditions usuelles publiées sur le site internet du FESF.

Il a par ailleurs souligné que le plan de renflouement consenti à la Grèce était un cas exceptionnel et qu'il n'y avait pas besoin d'une telle option pour d'autres pays.

La Suisse envisagerait de son côté de participer au véhicule d'investissement spécial prévu au sein du FESF, même si l'initiative pourrait se heurter à une forte opposition dans le pays, traditionnellement eurosceptique.

"Nous suivons le sujet et nous examinerons cette idée", a déclaré vendredi un porte-parole du secrétariat d'Etat aux questions financières internationales.

La Suisse ne disposant pas d'un fonds souverain, tout investissement viendrait probablement de sa banque centrale, qui dispose de très larges réserves de change accumulées ces dernières années pour tempérer la hausse du franc suisse. La Banque nationale suisse n'a pas souhaité faire de commentaire.

Jean Décotte et Natalie Huet pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...