Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le dg par intérim d'ubs face au défi de la restructuration

Marché : Le dg par intérim d'ubs face au défi de la restructuration

Le dg par intérim d'ubs face au défi de la restructurationLe dg par intérim d'ubs face au défi de la restructuration

par Emma Thomasson et Catherine Bosley

ZURICH (Reuters) - Le nouveau directeur général par intérim de la banque suisse UBS, qui remplace Oswald Grübel après la démission de ce dernier dans la foulée du scandale de transactions non autorisées, doit désormais affronter la dure tâche de remettre l'établissement sur pieds.

Samedi, Sergio Ermotti a estimé que l'affaire avait mis au jour une exposition au risque "totalement inacceptable" et indiqué que sa priorité serait d'examiner les procédures de contrôle de la banque et de mener une enquête interne sur les lourdes pertes subies.

Sergio Ermotti, un Suisse du Tessin âgé de 51 ans, a rejoint UBS en avril en provenance de la banque italienne UniCredit.

Selon le président du groupe, Kaspar Villiger, il serait un bon candidat pour remplacer de façon permanente Oswald Grübel.

"Nous sommes conscients de faire face à une période difficile sur le plan externe, et ce dernier incident ne fait que rendre plus impératif encore une réaction de notre part. N'oublions pas pour autant qu'UBS est l'une des banques les mieux capitalisées au monde", a déclaré Sergio Ermotti.

Depuis l'annonce des pertes le 15 septembre, le titre UBS a cédé plus de 10%. Il a cependant repris 4,8% vendredi, sur l'espoir que le conseil d'administration de la banque accepte une restructuration majeure.

L'enquête interne sur les pertes devrait aboutir dans un délai de 10 à 14 jours, mais du fait des enquêtes externes, UBS ne pourra pas nécessairement en révéler les conclusions, a précisé Sergio Ermotti.

Le conseil d'administration a demandé à ce dernier d'accélérer la réduction des activités de banque d'investissement. Le processus doit être détaillé le 17 novembre à New York.

Selon Kaspar Villiger, l'avenir du directeur de la banque d'investissement, Carsten Kengeter, n'est pas menacé, ce dernier ayant avec ses services accompli un "excellent travail" pour limiter les pertes découlant des transactions non autorisées.

Il n'a toutefois pas voulu dire si ce dernier ferait un bon candidat au poste de directeur général, qui doit être pourvu de façon permanente dans les six mois.

Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...