Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le déficit public 2011 de la france à 5,2%, dette publique 85,8%

Marché : Le déficit public 2011 de la france à 5,2%, dette publique 85,8%

Le déficit public 2011 de la france à 5,2%, dette publique 85,8%Le déficit public 2011 de la france à 5,2%, dette publique 85,8%

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France s'est élevé à 5,2% du produit intérieur brut en 2011 contre 5,7% prévu en loi de finances, ce qui a poussé le gouvernement à améliorer sa prévision pour 2012 à 4,4% contre 4,5% auparavant.

Le déficit public, qui comprend l'Etat, les collectivités locales et les administrations de sécurité sociale, a atteint 103,1 milliards d'euros l'an dernier, selon les premiers résultats des comptes nationaux publiés vendredi par l'Insee.

La dette publique s'élevait à 85,8% du PIB fin 2011, à 1717,3 milliards d'euros, en hausse de 122,1 milliards en un an, ce qui la porte à un niveau plus élevé que le 84,9% prévu.

Le déficit public était fin 2010 à 7,1%, soit 137,0 milliards d'euros.

Forts de ce résultat, "nous prévoyons d'accélérer notre marche en ramenant le déficit public à 4,4% du PIB, et de tenir les 3% de 2013", déclare la ministre du Budget, Valérie Pécresse, dans entretien publié vendredi dans le quotidien Le Monde.

A 5,2% fin 2011, "c'est 10 milliards d'euros de mieux que l'objectif sur lequel la France s'était engagée", s'est félicité le Premier ministre, François Fillon.

"La France a fait beaucoup mieux grâce aux efforts des Français", a dit le président Nicolas Sarkozy.

Le socialiste François Hollande, favori des sondages pour l'élection présidentielle, s'est engagé à réduire le déficit à 4,5% fin 2012 et 3,0%, la limite du pacte de stabilité européen, fin 2013.

COUP DE POUCE POUR 2012

Le moindre déficit de 2011 facilitera la tâche du prochain président, à condition que la croissance économique ne s'effondre pas, l'effort à fournir étant moins important.

Mais la tendance de janvier a été mauvaise et un net ralentissement économique est attendu pour l'ensemble de 2012, susceptible de faire déraper les comptes s'il était plus marqué.

L'an dernier, le taux de prélèvements obligatoires a augmenté de 1,3 point pour s'établir à 43,8% du PIB, sous l'effet de la hausse des impôts (+7,8%).

Les dépenses ont continué de décélérer, avec une croissance de 2,1%, un rythme plus faible que l'évolution du PIB en valeur, après +2,3% en 2010. Les dépenses publiques représentaient 55,9% du PIB fin 2011 après 56,6% fin 2010.

Les recettes ont elles augmenté de 5,9%, après +3,3% en 2010, et représentaient 50,7% du PIB après 49,5% fin 2010.

Les intérêts versés par la France à ses créditeurs ont augmenté de 9,5% en raison de l'augmentation de la dette et de l'impact de l'accélération de l'inflation sur la rémunération des obligations indexées.

Les dépenses de fonctionnement ont ralenti, les rémunérations progressant de 1,6%, après +2,1 % en 2010, et les consommations intermédiaires diminuant de 1,5%.

Les prestations sociales sont restées sur la même dynamique qu'en 2010, en hausse de 3,1%, après +3,2%. L'investissement public a augmenté de 1,6%, après une baisse de 8,0% en 2010.

Côté recettes, les impôts sur le revenu et le patrimoine ont augmenté de 10% : la progression des recettes fiscales provient aussi bien de l'impôt sur les sociétés (+8,7 milliards) que de la contribution sociale généralisée (+5,2 milliards) et de l'impôt sur le revenu (+3,6 milliards), note l'Insee. Les impôts sur les produits et la production sont en hausse de 5,8%.

Les cotisations sociales ont accéléré (+4,1% après +2,0%), en lien avec la reprise de la masse salariale et l'annualisation des allégements généraux de cotisations sociales.

LA DETTE TOUJOURS PAS CONTRÔLÉE

La contribution de l'Etat à la dette publique a progressé de 90,3 milliards d'euros l'an dernier, une variation un peu plus importante que son besoin de financement.

La différence résulte d'une augmentation de sa trésorerie (+5,9 milliards) ainsi que des prêts accordés aux pays en difficulté de la zone Euro (+10,4 milliards). A l'inverse, l'Etat bénéficie du remboursement d'une partie des prêts accordés au secteur automobile (4,0 milliards), note l'Insee.

La dette des organismes divers d'administration centrale s'établit à 10,4 milliards fin 2011, en diminution de 3,7 milliards, en raison du désendettement de la Société de prise de participation de l'Etat (-3,5 milliards).

La contribution des administrations publiques locales à la dette a atteint 166,3 milliards contre 161,1 milliards fin 2010.

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette a augmenté 30,4 milliards pour s'établir à 205,4 milliards. La variation de la dette, plus importante que celle du déficit, résulte notamment de l'augmentation de la trésorerie des caisses de sécurité sociale (+12 milliards), souligne l'Insee.

Edité par Yves Clarisse

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...