Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Lagarde voit des signes de stabilisation de l'économie mondiale

Marché : Lagarde voit des signes de stabilisation de l'économie mondiale

Lagarde voit des signes de stabilisation de l'économie mondialeLagarde voit des signes de stabilisation de l'économie mondiale

par Nick Edwards et Koh Gui Qing

PÉKIN (Reuters) - L'économie mondiale n'est plus au bord du précipice et des signes de stabilisation émergent de la zone euro et des Etats-Unis, mais l'endettement élevé des pays développés et la hausse des prix du pétrole présentent encore des risques importants, a averti dimanche le Fonds monétaire international (FMI).

"L'économie mondiale est peut-être sur le chemin de la reprise, mais il n'y a pas une très grande marge de manoeuvre et pas de place pour les erreurs de politique", a dit Christine Lagarde, directrice générale du FMI, dans un discours à Pékin.

Elle a souligné que les indicateurs économiques américains semblaient un peu plus positifs et que l'Europe avait fait un progrès notable dans la résolution de sa crise de la dette à travers ses récents efforts sur le dossier grec.

"Grâce à ces efforts collectifs, l'économie mondiale a évité le pire et nous avons des raisons d'être plus optimistes. Mais l'optimisme ne doit pas nous bercer dans l'illusion de la sécurité. Il y a encore des vulnérabilités économiques et financières majeures que nous devons affronter", a déclaré Christine Lagarde.

Parmi les trois risques majeurs pesant sur l'économie mondiale, elle a cité la fragilité persistante des systèmes financiers, plombés par des niveaux élevés d'endettement privé et public. Elle a estimé que les besoins de financement du secteur public et des banques de la zone euro représentaient environ 23% du produit intérieur brut (PIB).

"Deuxièmement, la hausse du prix du pétrole est en train de devenir une menace pour la croissance mondiale. Et, troisièmement, il y a un risque croissant que l'activité des économies émergentes ralentisse à moyen terme", a-t-elle ajouté.

Elle a répété que les économies développées devaient poursuivre leurs mesures de soutien macroéconomique et viser une politique budgétaire équilibrée, combinée à des réformes financières et institutionnelles, pour réparer les dégâts de la crise et restaurer leur compétitivité.

De leur côté, les pays émergents doivent savamment doser leurs politiques macroéconomiques de façon à se protéger des retombées du ralentissement des économies développées tout en évitant les risques de surchauffe, a souligné Christine Lagarde.

Dans un discours distinct également prononcé dimanche, la directrice du FMI a estimé que le yuan pourrait devenir, à l'avenir, une devise de réserve, soulignant que la Chine devait pour cela oeuvrer à un taux de change plus fort et plus flexible.

Elle a cité trois priorités pour le pays : soutenir la croissance, orienter l'économie davantage vers la consommation intérieure et moins vers l'exportation, et enfin mieux répartir les richesses.

"Nous sommes tous interconnectés, et tous affectés par les politiques des uns et des autres. Nous devons nous préparer ensemble pour le succès. Si nous agissons ensemble, le tout sera plus que la somme des parties", a plaidé Christine Lagarde.

Natalie Huet pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...