Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La réduction du déficit espagnol, priorité d'elena salgado

Marché : La réduction du déficit espagnol, priorité d'elena salgado

La réduction du déficit espagnol, priorité d'elena salgadoLa réduction du déficit espagnol, priorité d'elena salgado

par Paul Day et Manuel Ruiz

MADRID (Reuters) - Il est plus important de réduire le déficit public espagnol que de relancer la croissance de son économie, a estimé vendredi la ministre de l'Economie Elena Salgado.

"Plus important que la décélération de l'économie, nous allons poursuivre nos réformes et atteindre les objectifs de déficit budgétaire", a déclaré Salgado lors d'un entretien téléphonique avec Reuters.

L'Espagne a été durement sanctionnée sur les marchés obligataires depuis le début de la crise de la dette dans la zone euro, en raison des craintes liées à son déficit public.

Ce dernier atteignait 11,1% du produit intérieur brut en 2009, avant de redescendre à 9,2% en 2010. Le gouvernement compte le ramener à 6% cette année.

Elena Salgado a déclaré qu'il était bon de voir le rendement de la dette espagnole se rapprocher de celui du Bund allemand depuis la promesse de rachat de titres faite par la BCE.

Elle a toutefois ajouté qu'il restait plus élevé qu'il ne le devrait étant donné les fondamentaux de l'économie, et a également appelé à une meilleure gouvernance de l'Union européenne.

"Dans la zone euro, nous devons améliorer notre réaction à la fois dans sa vitesse et dans sa structure. Nous devons conclure des accords dès que possible, mais surtout, nous devons améliorer la gouvernance européenne."

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy doivent en principe, lors de leur réunion de mardi, garantir aux marchés leur attachement aux mécanismes qui doivent améliorer la gouvernance de la zone euro, a ajouté Elena Salgado.

La ministre espagnole a par ailleurs indiqué ne pas pouvoir écarter que d'autres pays de la zone euro rejoignent dans les prochains jours l'interdiction de vente à découvert de titres financiers imposée par l'Espagne, la France, la Belgique et l'Italie.

Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...