Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La poste recevra en avril 1,05 milliard de l'etat et de la cdc

Marché : La poste recevra en avril 1,05 milliard de l'etat et de la cdc

tradingsat

PARIS (Reuters) - La Poste a indiqué jeudi qu'une première tranche de 1,05 milliard d'euros lui serait apportée en avril dans le cadre d'une augmentation de capital à laquelle l'Etat et la Caisse des dépôts participeront à hauteur de 1,2 milliard et 1,5 milliard d'euros respectivement.

Le groupe postal recevra les deux dernières tranches, à savoir 1,05 milliard et 600 millions d'euros, en 2012 et en 2013.

L'augmentation de capital doit permettre à La Poste d'investir et de se moderniser pour faire face à la libéralisation totale du secteur depuis cette année et à la chute de son activité courrier concurrencée par internet.

"Le statu quo c'est le risque d'emmener l'entreprise dans le mur", a déclaré Jean-Paul Bailly, le PDG de La Poste, lors d'une conférence de presse sur les résultats 2010 du groupe.

"C'est notre devoir de nous adapter", a-t-il ajouté.

La Poste, dont le bénéfice net a progressé de 3,5% en 2010 à 550 millions d'euros, a fixé à 1,3 milliard d'euros le montant de ses investissements pour cette année, contre 1,065 milliard l'an dernier.

Le groupe a en outre confirmé avoir réduit ses effectifs de 11.700 postes comme évoqué par la presse française.

"C'est effectivement un chiffre qui est exact", a déclaré Georges Lefebvre, délégué général du groupe. "C'est la conséquence d'une accélération au dernier trimestre de l'année des départs à la retraite".

Interrogé sur l'accord de liquidité conclu en début d'année avec Dexia, Philippe Walh, le nouveau président de la Banque postale, a indiqué que le groupe ne s'était pas engagé à souscrire un montant minimum d'obligations foncières qui seront émises par la banque franco-belge.

"Nous avons décidé d'acheter du papier Dexia comme nous achetons du papier d'Etat français", a répondu Philippe Wahl.

"Nous achetons des obligations qui sont des obligations foncières. (...) Et nous les achetons parce que c'est rentable pour la Banque postale", a-t-il précisé. "Nous discutons avec eux en fonction du rendement de chacune de leurs émissions et de la durée de ces émissions".

"C'est un accord classique de refinancement", a de son côté souligné Jean-Paul Bailly.

La Poste a décidé en janvier de ne pas reconduire Patrick Werner dans ses fonctions de président du directoire de La Banque postale et de le remplacer par Philippe Wahl, actuellement directeur général de Royal bank of Scotland en France.

Matthieu Protard, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...