Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La grèce renouera avec la croissance en 2012, selon venizelos

Marché : La grèce renouera avec la croissance en 2012, selon venizelos

La grèce renouera avec la croissance en 2012, selon venizelosLa grèce renouera avec la croissance en 2012, selon venizelos

par Dina Kyriakidou

ATHENES (Reuters) - L'économie grecque devrait se contracter de 3,9% cette année, soit légèrement plus que prévu, avant de renouer avec la croissance en 2012, a déclaré vendredi à Reuters le nouveau ministre des Finances grec Evangelos Venizelos.

Le produit intérieur grec (PIB) devait se contracter de 3,5% selon les estimations initiales.

Le ministre a ajouté que le taux de chômage atteindrait 16 ou 17% de la population active cette année.

Il a également estimé réalisable le plan de privatisation du gouvernement grec, qu'il s'est par ailleurs engagé à enclencher rapidement.

"C'est notre devoir, notre espoir et notre objectif de renouer avec la croissance l'année prochaine. Car sans la croissance, il est impossible d'atteindre nos objectifs stratégiques", a dit le ministre à l'occasion de cette première interview accordée à un média international depuis sa nomination le mois dernier.

Le ministre a tenu ces propos au lendemain de l'approbation par les députés grecs du deuxième volet du plan d'austérité, qui ouvre la voie au versement de la prochaine tranche d'aide internationale de 12 milliards d'euros pour sauver la Grèce de la faillite.

La réforme du système fiscal et le lancement du programme de privatisation, qui doit permettre à l'Etat de recueillir 50 milliards d'euros d'ici 2015, sont ses priorités, a-t-il déclaré, soulignant que sa double casquette de Premier ministre adjoint et de ministre des Finances lui conférerait l'autorité suffisante pour faire aboutir ces mesures.

"Le Premier ministre et moi-même pouvons coordonner le système de manière rapide et efficace. La mise en oeuvre est difficile, certes, c'est pourquoi nous n'avons pas de temps à perdre. J'ai dit à mes équipes que chaque jour comptait pour un mois."

"Nous allons immédiatement mettre en place le fonds souverain consacré aux privatisations pour atteindre les objectifs inscrits de cette année à 2015. L'objectif fixé pour 2011 est réalisable car il implique des actifs qui ne font pas l'objet de problèmes juridiques", a déclaré le successeur de Georges Papaconstantinou.

En contrepartie de l'aide internationale, la Grèce doit lever cinq milliards d'euros de ces privatisations cette année puis 10 milliards d'euros en 2012.

"Notre seule priorité est de rétablir la crédibilité du pays sur la scène internationale et de regagner la confiance des Grecs", a-t-il ajouté.

"Nous payons un prix politique très important mais nous avons la mission de sauver le pays (de la faillite). Le Premier ministre et moi-même sommes déterminés à y arriver."

Catherine Monin pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...