Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La grèce espère conclure un accord mardi avec la troïka

Marché : La grèce espère conclure un accord mardi avec la troïka

La grèce espère conclure un accord mardi avec la troïkaLa grèce espère conclure un accord mardi avec la troïka

par Ingrid Melander et George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - La Grèce espère conclure mardi un accord avec ses bailleurs de fonds internationaux, de façon à pouvoir percevoir une nouvelle tranche d'aide de huit milliards d'euros prévue pour octobre, a dit lundi à Reuters un haut fonctionnaire grec au Finances.

"Le climat était meilleur que prévu", a dit le responsable, faisant référence à une téléconférence qui a eu lieu ce lundi entre le ministre des Finances Evangelos Venizelos et la "troïka" (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne).

Le ministère des Finances avait déclaré auparavant que cette discussion avait été "productive et substantielle" et qu'elle se renouvellerait mardi soir.

"Nous sommes proches d'un accord et nous espérons conclure demain. Le gouvernement fera une annonce fort probablement mercredi , à l'issue du conseil des ministres. Nous poursuivrons la discussion demain", a ajouté le responsable.

Sans cette nouvelle tranche d'aide, attachée au premier plan de renflouement international dont la Grèce a bénéficié l'an passé, le gouvernement grec a fait savoir qu'il se retrouverait à court de ressources à la mi-octobre.

Pour éviter cette situation, la Grèce doit alléger son secteur public et améliorer son système de collecte de l'impôt, estiment ses bailleurs de fonds internationaux.

"La balle est dans le camp grec, la clef réside dans la mise en oeuvre des réformes", a dit Bob Traa, le représentant du FMI pour la Grèce, lors d'une conférence.

Ces réformes sont exigées pour qu'Athènes puisse percevoir une nouvelle tranche d'aide de huit milliards d'euros dans le cadre de son premier plan de renflouement.

Selon ce dernier, la Grèce doit supprimer des postes dans la fonction publique, réduire les traitements et les retraites des fonctionnaires et améliorer son système de collecte de l'impôt plutôt que créer de nouvelles taxes.

Bob Traa s'est inquiété du manque de soutien du grand public pour le programme d'austérité FMI/UE, tout en disant que les autres pays de la zone euro étaient aux côtés d'Athènes sous réserve que le gouvernement montrait qu'il agissait pour maîtriser ses déficits.

QUINZE MESURES

L'euro, mais aussi Wall Street, avaient réduit leurs pertes, après qu'une première source du ministère des Finances grec eut dit qu'un accord sur l'aide était proche entre Athènes et la troïka.

Plus tôt dans la journée, la monnaie européenne était en net recul et les Bourses européennes ont clôturé en baisse sensible de crainte d'un défaut de la Grèce.

Les médias grecs ont publié une liste de 15 mesures d'austérité dont, selon eux, la troïka exige la mise en oeuvre. Elles portent notamment sur une nouvelle suppression de 20.000 postes de fonctionnaires, une réduction ou un gel des traitements et retraites de la fonction publique, une augmentation de la taxe sur le fioul domestique, la fermeture des organismes publics déficitaires, la réduction des dépenses de santé et l'accélération des privatisations.

La CE a fait savoir qu'elle ne demandait pas à Athènes d'adopter des mesures d'austérité en sus de ce qui a déjà été convenu dans le programme de réforme du gouvernement. "Ce qui est sur la table est en totale conformité avec les objectifs convenus", a dit le porte-parole de la CE Amadeu Altafaj.

Prié de dire si la Grèce recevrait la prochaine tranche d'aide, Venizelos a répondu à Reuters: "Oui, bien sûr".

Même dans ce cas, beaucoup d'économistes et d'investisseurs pensent que la Grèce se retrouvera en défaut sur une dette qui atteint plus de 150% du PIB, peut-être en l'espace de quelques mois.

Venizelos avait insisté dimanche sur le fait que la réduction des dépenses serait la priorité du budget de 2012. Il avait prédit une contraction du PIB plus forte que prévu de 5,5% cette année.

Lefteris Papadimas et Harry Papachristou, Benoit Van Overstraeten et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...