Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La france propose deux options aux créanciers de la grèce

Marché : La france propose deux options aux créanciers de la grèce

La france propose deux options aux créanciers de la grèceLa france propose deux options aux créanciers de la grèce

par Alex Chambers

LONDRES (Reuters) - La proposition française de restructuration de la dette grecque comprend deux possibilités pour les détenteurs d'obligations sur la période comprise entre juillet 2011 et juin 2014, selon un projet dont Reuters a pu prendre connaissance mardi, alors que l'Allemagne a indiqué son soutien à cette proposition.

Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé lundi les grandes lignes d'un plan prévoyant la participation du secteur privé à la résolution de la crise grecque, un montage qui sert actuellement de base de discussions en Europe pour éviter un défaut de paiement de la Grèce.

Un premier choix prévoit un financement à 30 ans pour la Grèce. Dans ce cas, les participants investiraient dans de nouvelles obligations d'Etat grecques un minimum de 70% du principal qu'ils auraient reçu en remboursement de leurs titres venant à échéance.

Les nouveaux titres auraient une durée de 30 ans et comporteraient une garantie via une structure spécialisée (SPV) "avec en collatéral des obligations à zéro coupon achetées auprès d'un ou plusieurs Etats, institutions supranationales ou agences européennes, notés AAA".

Selon la deuxième possibilité prévue par le plan, les participants investiraient un minimum de 90% - un taux de 100% est souhaité - du montant qu'ils recevraient dans de nouvelles obligations de l'Etat grec d'une échéance de cinq ans et portant un intérêt de 5,5%, est-il écrit sur le document, daté du 24 juin.

Le projet précise que, pour que le plan puisse être avalisé, les agences de notation devront garantir qu'il ne reviendra pas à un défaut pour les obligations émises par l'Etat grec, actuelles ou à venir.

"Il est nécessaire que toute solution proposée soit flexible, afin de permettre une participation maximale des investisseurs. Pour cette raison, il est préférable de proposer des options multiples aux créanciers, qui ont des besoins et des contraintes différents", indique le document.

Le plan français est désormais étudié par les banques de la zone euro et par les assureurs. Les banques allemandes ont fait part de leur intérêt, mais les agences de notation ont choisi de réserver leur avis dans l'attente d'avoir plus de détails.

Des représentants du ministère allemand des Finances discuteront de la proposition française jeudi avec les responsables bancaires allemands, a annoncé le ministre adjoint des Finances allemand Jörg Asmussen. Il a souligné que la proposition française était une bonne base de discussions.

Le ministère néerlandais des Finances a estimé que le plan français était "très complexe" et que les Pays-Bas allaient l'étudier de près avant de faire des commentaires.

Alex Chambers, Danielle Rouquié et Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...