Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La fed ne fera rien avant l'élection du 6 novembre

Marché : La fed ne fera rien avant l'élection du 6 novembre

La fed ne fera rien avant l'élection du 6 novembreLa fed ne fera rien avant l'élection du 6 novembre

par Alister Bull

WASHINGTON (Reuters) - La Fed, surtout après ses annonces du mois dernier, restera sans doute sur la réserve la semaine prochaine lors de sa dernière réunion de politique monétaire avant l'élection présidentielle du 6 novembre aux Etats-Unis.

La Réserve fédérale tiendra réunion pendant deux jours et publiera un communiqué à l'issue de ses délibérations, autour de 18h15 GMT mercredi.

La Fed a annoncé en septembre un troisième programme d'assouplissement quantitatif (QE3) prenant la forme d'un rachat d'obligations adossées à des créances immobilières (MBB) de 40 milliards de dollars par mois, jusqu'à ce que la situation du marché de l'emploi se soit sensiblement améliorée.

Il est vraisemblable qu'elle veuille dans un premier temps évaluer l'impact de cette décision. En tous les cas, le taux de chômage, en forte baisse en octobre mais encore à 7,8% de la population active, ne lui donne pas motif à revenir sur cette politique.

Et elle a bien fait savoir en septembre qu'une politique monétaire assouplie aurait toute sa justification pendant encore longtemps, même après que la reprise économique se sera affermie.

"Il est probable que la Fed aurait bien voulu éviter d'avoir cette réunion la semaine prochaine", dit Torsten Slok (Deutsche Bank Securities, New York). "D'abord, c'est juste avant les élections et ensuite, elle a déjà pris une grande décision lors de sa dernière réunion ; elle veut maintenant observer comment l'économie réagit."

Le QE3 s'ajoute aux 2.300 milliards de dollars de titres que la Fed a déjà rachetés lors des précédents assouplissements quantitatifs, ce qui fait sourciller des Républicains qui craignent une résurgence de l'inflation par la planche à billets.

Depuis la réunion de septembre, le chômage a diminué et les ventes au détail ont confirmé deux mois d'affilée leur bonne tenue. Le sentiment du consommateur et le marché immobilier semblent aussi aller mieux mais les signaux envoyés par les entreprises sont mitigés.

Les perspectives d'inflation ne se sont pas aggravées, comme le montre l'écart entre l'obligation indexée à 10 ans et les Treasuries à 10 ans, qui est de 2,5 points, non loin de l'objectif d'inflation de la Fed de 2%.

L'écart de rendement entre les MBB et les Treasuries à 30 ans a chuté de 0,25 point, provoquant une baisse des taux hypothécaires à des niveaux record, ce qui a alimenté le redressement du marché immobilier.

"EN TRAIN DE MIJOTER"

Même si le communiqué que publiera la Fed mercredi ne comportera sans doute pas de surprise particulière, les professionnels trouveront tout de même du grain à moudre.

"Je ne crois pas qu'elle en ait fini, que ce soit pour un changement de la politique d'achat d'actifs ou pour la stratégie de présentation de ce qu'elle tente de faire", dit Michael Ferol (JPMorgan). "Tout ça est en train de mijoter."

Le compte rendu de la réunion de septembre a révélé qu'un certain nombre des responsables de la Fed étaient favorables à des objectifs quantifiés pour l'emploi et l'inflation, une manière de déterminer avec précision le moment où il faudra remonter un taux d'intervention qui est au plancher depuis décembre 2008.

En outre, des objectifs chiffrés autoriseraient la Fed à se départir de son engagement à maintenir des taux ultra-bas jusqu'à la mi-2015, un engagement trop lourd pour certains car attaché à une période de temps plutôt qu'à la situation réelle de l'économie.

Pour autant, la réunion d'octobre et son issue pourraient également servir de répétition générale à la dernière réunion de l'année de la banque centrale, programmée pour les 11 et 12 décembre. La Fed pourrait y définir une ligne de conduite une fois arrivé à terme, en fin d'année, l'"Operation Twist".

Ce programme a vu la Fed vendre 45 milliards de dollars de dette à court terme chaque mois pour en racheter un montant équivalent en dette à long terme, opération destinée à faire baisser les taux sur ce dernier segment de la courbe des taux.

Les spécialistes de la Fed pensent que ce programme sera reconduit en décembre, mais l'incertitude créée par le "mur budgétaire" pourrait l'amener à s'en dispenser tant qu'elle n'aura pas une idée claire des véritables répercussions budgétaires sur l'économie l'an prochain.

La Fed a prévenu que l'économie américaine risquait la récession faute d'un accord budgétaire à long terme conclu par le Congrès, qui éviterait précisément ce "mur budgétaire", concomitance d'une hausse des impôts et d'une réduction automatique des dépenses publiques.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...