Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La création d'emplois ralentit nettement en mai aux etats-unis

Marché : La création d'emplois ralentit nettement en mai aux etats-unis

La création d'emplois ralentit nettement en mai aux etats-unisLa création d'emplois ralentit nettement en mai aux etats-unis

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a créé un nombre d'emplois nettement inférieur aux attentes en mai et le taux de chômage, à 9,1%, est au plus haut depuis décembre 2010, montrent les statistiques publiées par le département du Travail vendredi.

L'économie en général, et par contrecoup le marché du travail, ont souffert des prix élevés de l'énergie, de perturbations climatiques et de l'impact, sur la production automobile en particulier, du séisme survenu le 11 mars au Japon.

Le mois dernier, 54.000 emplois non agricoles ont été créés, un nombre qui est au plus bas depuis septembre 2010. Les économistes interrogés par Reuters avaient revu à la baisse leurs anticipations et n'attendaient plus que 150.000 créations de postes, après les mauvais chiffres de l'emploi dans le secteur privé annoncés mercredi par ADP.

Le chiffre d'avril a été révisé à la baisse à 232.000, contre 244.000 annoncé initialement. De même, la statistique pour mars a été modifiée à 194.000 créations de postes contre 221.000 en précédente estimation.

Le seul secteur privé a créé 83.000 postes en mai contre 251.000 (révisé de 268.000) en avril, alors que le marché attendait 175.000 créations pour le mois dernier.

La durée hebdomadaire moyenne du travail a stagné à 34,4 heures, apprend-on également, et le salaire horaire moyen a augmenté de six cents.

La Maison Blanche a jugé le taux de chômage "inacceptable" mais a tenté de minimiser la portée de la statistique. "Il y a toujours des obstacles sur la voie de la reprise mais la trajectoire générale de l'économie s'est spectaculairement redressée ces deux dernières années", a dit Austan Goolsbee, l'un des principaux économistes de la Maison Blanche.

"Le secteur privé a créé plus de 2,1 millions d'emplois sur les 15 derniers mois mais le taux de chômage est inacceptable et une croissance plus soutenue s'impose pour remplacer les emplois perdus durant le retournement".

RÉACTIONS SUR LES MARCHÉS

Ces chiffres confirment un ralentissement économique observé aux Etats-Unis depuis le début de l'année, et déjà révélé par d'autres statistiques peu encourageantes, comme la consommation ou la croissance du secteur manufacturier.

"Cela conforte fortement les anticipations d'un ralentissement marqué de l'économie au deuxième trimestre. C'est faible partout", commente Nigel Gault, IHS Global Insight.

"Il y a de bonnes raisons de croire que le troisième trimestre sera meilleur parce qu'on a constaté un certain relâchement sur le prix des matières premières et que les prix à la pompe commencent à baisser", tempère-t-il toutefois.

Dans ce contexte, certains économistes relancent également l'hypothèse d'un nouveau cycle d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis que pourrait engager la Réserve fédérale pour soutenir une économie en difficulté.

"Je continue à penser que l'obstacle pour avoir un QE3 est très important, mais, au moins, on va discuter et se dire qu'un QE3 n'est pas complètement exclu", a ainsi déclaré Paresh Upadhyaya (Bank of America-Merrill Lynch, New York).

L'euro a franchi la barre de 1,45 contre le dollar, avant de retomber puis de remonter. Le billet vert est tombé de 1% contre le yen et a enregistré un plus bas record contre le franc suisse de 0,83360.

L'or spot a lui aussi réagi à la hausse, atteignant un plus haut de séance à 1.542 dollars l'once. Les cours du Brent et du brut américain ont amplifié leur recul, cédant environ 1,5%.

Les rendements des emprunts d'Etat à 10 ans américain et allemand sont tombés sous 3,0% après la publication tandis que les Bourses creusaient leurs pertes.

Wall Street a ouvert la séance en recul marqué, l'indice Dow Jones cédant 0,83%, le S&P 500 de 1,13% et le Nasdaq de 1,09%.

A Paris, le CAC 40 abandonnait 0,77% à 3.859,94 points après avoir enfoncé la zone de support intermédiaire de 3.862. Il pourrait tester dans les jours qui viennent une zone de support majeure à 3.760.

Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...