Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La consommation en france à la peine faute de soutiens

Marché : La consommation en france à la peine faute de soutiens

La consommation en france à la peine faute de soutiensLa consommation en france à la peine faute de soutiens

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Privée du soutien de la prime à la casse automobile et de l'effet des soldes, la consommation des ménages français a baissé de 0,7% en mars et le deuxième trimestre risque d'être morose pour ce moteur de l'économie.

Le chiffre publié jeudi par l'Insee est nettement inférieur aux attentes: 24 économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 0,2% de la consommation.

Sur un an, la consommation des ménages français progresse cependant de 2,6% en mars.

Les achats d'automobiles, qui représentent un peu moins de 15% du total de la consommation en produits manufacturés, ont diminué de 1,6% le mois dernier après une progression de 0,9% en février.

"Ils restent toutefois dynamiques au premier trimestre (+2,3%, après +14,5% au quatrième trimestre 2010), en raison des délais de livraison nécessaires pour honorer les nombreuses commandes de fin d'année dernière liées à l'arrêt de la prime à la casse au 1er janvier 2011", explique l'Insee dans un communiqué.

Mais les mois à venir s'annoncent plus difficiles pour les constructeurs automobiles.

"Les livraisons des commandes passées lorsque la prime était encore en vigueur sont bel et bien terminées et il faut s'attendre à une nouvelle baisse au cours des prochains mois", explique Dominique Barbet, économiste senior de BNP Paribas.

"Cela devrait se traduire par une correction sévère pour les ventes de voitures au deuxième trimestre, aggravée par le tremblement de terre au Japon."

Renault a déclaré mardi s'attendre à ce que des pénuries de composants fabriqués au Japon ralentissent la production mondiale aux deuxième et troisième trimestres.

Quant à PSA Peugeot Citroën, il a déjà réduit pendant une semaine la production de plusieurs de ses usines.

L'HORIZON S'ASSOMBRIT

Attendue pour l'automobile, la baisse de la consommation le mois dernier a aussi touché les biens d'équipement du logement, (-0,6% après +0,9% en février), en raison notamment du recul des achats de meubles. Et elle a été plus marquée encore pour le textile-cuir (18% du total), atteignant 2,2% après un bond de 4,1% en février, favorisé par les soldes.

Au total, la consommation des ménages a progressé de 1,2% sur l'ensemble du premier trimestre 2011 après +1,8% au quatrième trimestre de l'an dernier. Elle devrait donc contribuer positivement au chiffre de la croissance pour les trois premiers mois de l'année, dont une première estimation sera publiée le 13 mai.

Mais le coup de frein subi en mars par ce traditionnel moteur de la croissance française, n'est évidemment de bon augure ni pour son évolution au deuxième trimestre, ni pour la croissance globale en 2011.

"En termes de croissance du PIB, le premier trimestre devrait être correct, mais ce sera l'arbre qui cache la forêt", résume Marc Touati, économiste d'Assya Compagnie Financière.

"On risque d'avoir par la suite des mois beaucoup plus difficiles. Sur l'ensemble de l'année, je pense qu'on fera au maximum aux alentours de 1,8% de croissance. Et encore: il faut que le baril arrête d'augmenter."

En effet, l'envolée des prix à la pompe, venue s'ajouter aux craintes d'une nouvelle flambée des prix alimentaires, a réveillé ces derniers mois les craintes des ménages concernant l'inflation, pesant sur leur moral et leurs intentions d'achat.

Un Français sur deux estime que son pouvoir d'achat va diminuer au cours des trois prochains mois, selon le dernier baromètre BPCE-Les Echos-France Info réalisé par Viavoice et publié jeudi.

Face à ces craintes, le gouvernement, privé de marges manoeuvres budgétaires par la priorité donné à la réduction des déficits, a annoncé la semaine dernière vouloir obliger les entreprises de plus de 50 salariés augmentant leur dividende à verser une prime à leurs salariés.

Avec Leigh Thomas, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...