Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La chine ne désarme pas face à l'inflation

Marché : La chine ne désarme pas face à l'inflation

La chine ne désarme pas face à l'inflationLa chine ne désarme pas face à l'inflation

par Kevin Yao et Aileen Wang

PEKIN (Reuters) - La Banque populaire de Chine a relevé mardi de 50 points de base le ratio de réserves obligatoires des banques, dans l'espoir de contenir une inflation élevée qui pose autant de risques économiques que sociaux.

Pékin avait annoncé plus tôt que les prix à la consommation ont augmenté de 5,5% en mai, une progression sans précédent en près de trois ans.

C'est la sixième fois cette année et la neuvième depuis octobre que la banque centrale chinoise relève le ratio de réserves obligatoires dans l'espoir de juguler l'inflation.

Lorsque la mesure entrera en vigueur, le 20 juin, le ratio imposé aux plus grandes banques du pays atteindra 21,5%, un niveau record.

En réduisant la capacité de prêt des banques, Pékin espère purger l'économie chinoise de l'excès de liquidité qui alimente l'inflation.

QUID DES TAUX D'INTÉRÊT?

Après la publication des chiffres de l'inflation quelques heures auparavant, plusieurs analystes avaient tablé sur un relèvement des taux d'intérêt dans les semaines à venir.

Cette perspective semble désormais un peu plus éloignée avec le relèvement des ratios de réserves.

"Je pense que la hausse des ratios vise cette fois surtout à contenir l'inflation. Cette décision devrait repousser la prochaine hausse des taux d'intérêt à la fin du mois ou au début du suivant", a déclaré Du Zhengzheng, analyste chez Bohai Securities à Pékin.

Depuis octobre, les taux d'intérêt chinois ont été relevés à quatre reprises. Le taux à un an de la banque centrale est à 6,31%, et celui sur les dépôts à un an est de 3,25%.

Le taux d'inflation de 5,5% en mai est le plus élevé en 34 mois. Il était de 5,3% en avril.

Les prix non alimentaires ont quant à eux augmenté de 2,9% d'une année sur l'autre, le rythme le plus rapide depuis le début de la série statistique, en 2002. Cela témoigne d'une extension du phénomène à de nouveaux pans de l'économie.

"Les pressions inflationnistes restent importantes", a souligné Sheng Laiyun, porte-parole du Bureau national des statistiques, mais l'économie est bien partie pour connaître "une croissance stable et relativement rapide".

La hausse des prix est visible dans celle des prix à la production, qui ont augmenté de 6,8% sur un an le mois dernier.

La production industrielle s'est quant à elle accrue de 13,3% sur un an, ce qui représente sa croissance la plus faible depuis novembre.

Gregory Schwartz pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...