Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La candidature de christine lagarde au fmi gagne en soutiens

Marché : La candidature de christine lagarde au fmi gagne en soutiens

La candidature de christine lagarde au fmi gagne en soutiensLa candidature de christine lagarde au fmi gagne en soutiens

PARIS (Reuters) - Christine Lagarde semble proche d'obtenir des soutiens capitaux comme ceux des Etats-Unis et de la Russie pour sa candidature à la direction générale du FMI après la réunion au sommet du G8 à Deauville, jeudi et vendredi.

La ministre française des Finances, qui espère rallier un large consensus, prévoit de se rendre prochainement dans des pays comme la Chine ou le Brésil, et promet aux pays émergents une plus grande place au sein du Fonds monétaire international.

Déjà soutenue par les grands pays européens, elle est donnée favorite face au seul autre candidat pour l'instant déclaré, le gouverneur de la banque centrale du Mexique, Agustin Carstens.

Les candidatures peuvent être déposées jusqu'au 10 juin.

Selon le président russe Dmitri Medvedev, les membres du FMI sont proches d'un accord sur la succession de Dominique Strauss-Kahn, qui a quitté la direction générale du Fonds après son inculpation pour tentative de viol à New York.

"Un consensus est proche sur cette question", a-t-il dit vendredi en marge du sommet du G8.

Le sujet n'était pas officiellement au menu du sommet organisé à Deauville (Calvados), mais il a largement alimenté les discussions entre chefs d'Etat ou délégués.

Nicolas Sarkozy a laissé entendre que Barack Obama soutiendrait la candidature de Christine Lagarde.

"Je crois savoir que sa décision est prise et qu'il se réserve le moment opportun pour l'annoncer", a ainsi déclaré le président français.

COMPLÈTEMENT ACCEPTABLE, DIT POUTINE

"Entretemps, j'ai vu l'excellente déclaration de Mme Clinton hier soir et j'aurais du mal à imaginer qu'il y ait un désaccord entre les deux", a ajouté Nicolas Sarkozy.

La secrétaire d'Etat a déclaré jeudi que les Etats-Unis étaient "officieusement" favorables à ce que des femmes hautement qualifiées dirigent des organisations comme le FMI.

Depuis la Russie, le Premier ministre Vladimir Poutine a pour sa part estimé que "la candidature de la ministre française des Finances est (...) évidemment complètement acceptable".

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a renouvelé l'appui du Royaume-Uni à la ministre française et a fait part d'"un soutien très fort pour sa candidature" de la part de plusieurs membres du G8 qu'il n'a pas cités.

Les pays émergents, qui souhaitent voir leur poids renforcé au sein du FMI, n'ont pour l'instant pas choisi de présenter un candidat commun. Agustin Carstens, qui a reçu vendredi le soutien de l'Uruguay, semble pâtir d'une image trop orthodoxe et pas assez réformiste pour plusieurs de ces pays.

Nicolas Sarkozy a minimisé jeudi le principal risque pesant sur la candidature de Christine Lagarde : la possibilité d'une enquête judiciaire sur le rôle de la ministre dans un arbitrage contesté rendu en faveur de l'homme d'affaires Bernard Tapie.

"On est au siècle de la transparence", a-t-il dit. "Tous les problèmes sont évoqués et dans la plus grande transparence, surtout s'agissant de Christine Lagarde (...) dont les risques (...) sont à notre sens aisément maîtrisables", a-t-il ajouté.

Jean-Baptiste Vey avec les équipes de Reuters au sommet du G8, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...