Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bpi dotée de 30 milliards d'euros

Marché : La bpi dotée de 30 milliards d'euros

La bpi dotée de 30 milliards d'eurosLa bpi dotée de 30 milliards d'euros

PARIS (Reuters) - La Banque publique d'investissement, projet phare du gouvernement pour soutenir les entreprises, aura une capacité d'investissement de plus de 30 milliards d'euros, en prêts et en capital, a déclaré mardi Jean-Marc Ayrault.

Les régions "participeront pleinement à la gouvernance" de ce dispositif, qui sera opérationnel "à la fin de l'année", a précisé le Premier ministre.

"Au total, la BPI aura une capacité propre d'investissement dans le financement de l'économie de plus de 30 milliards d'euros, à la fois en prêts et en capital", a dit le chef du gouvernement, au terme d'une réunion interministérielle sur le sujet, à Matignon.

"Au delà, la banque aura vocation à mobiliser les financements privés, en intervenant aux côtés d'investisseurs privés, créant ainsi un effet de levier au bénéfice des entreprises", a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse.

Exclusivement consacrée au financement et à l'accompagnement des PME, TPE et entreprises de taille intermédiaire, la BPI est présentée comme un outil clé pour aider les sociétés menacées de restructuration et contribuer à la réindustrialisation.

L'aide se fera par l'intermédiaire d'un "guichet unique" en région.

"Nous avons pris les décisions nécessaires pour que la BPI soit une banque efficace, une banque forte et une banque transparente", a assuré Jean-Marc Ayrault.

REGROUPEMENT DES INSTRUMENTS EXISTANTS

La création de cette banque devrait se traduire par une profonde réorganisation des différents instruments de financement public qui gravitent autour de la Caisse des dépôts et consignations.

La BPI regroupera en effet l'ensemble des instruments existants : la banque Oséo, les interventions du Fonds stratégique d'investissement en faveur des PME, la filiale de la Caisse des dépôts consacrée aux PME et le réseau Ubifrance.

La naissance de la BPI est au menu de la rencontre prévue mercredi à l'Elysée entre François Hollande et les présidents des régions françaises, en présence du Premier ministre.

Les régions défendent l'idée d'un modèle fédéral, avec des banques régionales.

Sans aller jusque là, le Premier ministre a indiqué qu'elle participeraient "pleinement à la gouvernance au plan national - la présidence du conseil d'orientation - comme au plan régional, sur le plan opérationnel".

Certains économistes ont fait part de leur scepticisme face à la concrétisation, à leur yeux précipitée, d'une promesse de campagne, sur fond de rêve de puissance des élus régionaux.

"Pourquoi s'acharner à créer, dans l'urgence, un outil dont l'utilité n'est pas évidente, dont les risques de réalisation sont considérables et qui suscite une bataille intense entre Bercy et les grands élus ?", s'interroge ainsi Elie Cohen dans un éditorial publié sur le site Telos.

Avant d'être présenté en conseil des ministres, le texte donnant naissance à la BPI devra faire l'objet d'une consultation du Conseil d'Etat et des instances européennes.

Elizabeth Pineau, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...