Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bourse s'est-elle tiré 'une balle dans le pied'?

Marché : La bourse s'est-elle tiré 'une balle dans le pied'?

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les marchés financiers ne se sont-ils pas tiré une 'balle dans le pied' en réagissant aussi violemment à la remontée des incertitudes économiques au cours des trois dernières semaines? C'est du moins l'opinion qui commence à poindre chez un nombre croissant d'analystes.

'La violente chute des marchés ne sera pas sans conséquence pour l'économie', avertissent ce matin les experts d'Aurel BGC.

Selon eux, les prévisions de retour en récession implicitement formulées par les marchés pourraient s'avérer 'auto-réalisatrices', notamment via un brusque resserrement de l'accès au crédit ('credit crunch'), comme cela avait été le cas en 2008.

'Les banques américaines ne veulent plus proposer de crédits immobiliers, les banques dans les pays européens périphériques ont clairement des difficultés à obtenir des financements en dehors de la BCE et les autres banques devraient limiter, par prudence, leurs expositions', soulignent les économistes d'Aurel.

Parmi les nombreuses rumeurs ayant fait sombrer les valeurs bancaires au cours des derniers jours, on trouve ainsi une information faisant état de la coupure des lignes de crédit accordées par une grande banque asiatique à plusieurs établissements français.

'Il y a eu une évidente dégradation du climat cette semaine, en dépit de l'annonce des rachats sur le marché par la BCE de dettes italienne et espagnole, ce qui montre que les banques elles-mêmes sont préoccupées par la liquidité du secteur privé au sein du système', constatent les analystes de RBS.

'Le problème, c'est que l'anxiété sur la capacité de financement et la valeur des marchés d'actions peut vite se transformer en une spirale d'auto-persuasion', préviennent-ils.

Beaucoup d'observateurs font toutefois remarquer que les marchés de capitaux continuent de fonctionner correctement, à la différence de ce qui s'était passé à l'automne 2008 lorsque l'ensemble du système financier s'était retrouvé grippé.

Cette semaine, les spreads Libor-OIS se sont clairement tendus pour atteindre 70 points de base, contre 50 points la semaine précédente, mais ce niveau reste très éloigné des 350 points de base qu'on avait pu enregistrer en octobre 2008, peu après la faillite de Lehman Brothers.

Autre source possible de propagation de la crise à l'économie réelle, la chute des marchés finit toujours par affecter le comportement des agents économiques, rappelle-t-on chez Aurel BGC, notamment en différant les décisions d'investissement des chefs d'entreprise.

Si les entreprises se décident à allouer leurs profits dans des projets productifs, le pire pourrait donc être évité.

Une condition qui doit s'accompagner, selon Evariste Lefeuvre chez Natixis, par un remontée de la demande domestique (hors matières premières) dans les pays émergents et la mise en place de politiques de rééquilibrage budgétaire dans les pays développés, afin que l'on puisse assister à un solide rebond des marchés.

'Si les scénarii les plus défavorables ne peuvent être exclus, l'hypothèse la plus vraisemblable est que ni les Etats-Unis ni l'Europe n'entreront en récession au second semestre', rassurait hier Adam Cordery, le responsable de la gestion crédit Europe chez Schroder.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...