Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bourse de paris marque une pause avant le chômage américain

Marché : La bourse de paris marque une pause avant le chômage américain

La bourse de paris marque une pause avant le chômage américainLa bourse de paris marque une pause avant le chômage américain

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris marque une pause jeudi midi après deux séances de hausse d'affilée, dans l'attente d'un accord sur la dette grecque et de plusieurs indicateurs économiques aux Etats-Unis, notamment les inscriptions hebdomadaires au chômage à 14h30, avant le très attendu rapport mensuel de l'emploi vendredi. Le marché scrute également un nouvel emprunt européen, en provenance cette fois de l'Espagne, qui prévoit de lever entre 3,5 et 4,5 milliards d'euros en obligations à 3 et 5 ans. L'indice CAC 40 évolue pour l'heure en léger repli de 0,18% à 3 361 points.

Unibail-Rodamco signe la plus forte baisse de l'indice phare parisien (-2,8%) après sa publication. La société foncière a dévoilé des résultats annuels globalement conformes aux attentes mais l'actif net réévalué (ANR), qui mesure la valeur des capitaux propres de l'entreprise, est moins bon que prévu. A noter aussi que Cheuvreux vient de dégrader sa recommandation sur le titre à "Sous-performance".

A l'inverse, Société Générale prend la pôle position (+3%) malgré une dégradation de Natixis, passé de "Acheter" à "Neutre" sur le dossier. Dans le même temps, BNP Paribas se stabilise tandis que Crédit Agricole recule de 0,9%.

Peugeot et Renault gardent le cap avec des gains respectifs de 2,9% et 1,1%.

Hors CAC, Geci International a repris sa cotation en fanfare. Réservés à la hausse à leur reprise de cotation à 11 heures en raison d'un afflux massif d'ordres d'achat, les actions GECI International bondissent à présent de +28% à 2,65 euros. Le groupe d'ingénierie et sa filiale aéronautique Geci Aviation ont annoncé ce matin la signature d'un protocole cadre avec la Région Lorraine, l'Etat, et des investisseurs privés pour le financement du programme d'avion biturbopropulseur Skylander, estimé à 120 millions d'euros.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...