Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La boe n'écarte pas un nouveau tour d'assouplissement

Marché : La boe n'écarte pas un nouveau tour d'assouplissement

La boe n'écarte pas un nouveau tour d'assouplissementLa boe n'écarte pas un nouveau tour d'assouplissement

par Sven Egenter et Olesya Dmitracova

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a indiqué mercredi qu'elle injecterait probablement de nouvelles liquidités pour soutenir l'économie britannique si la crise en zone euro venait à s'aggraver, tandis que le gouvernement britannique a appelé à de nouvelles mesures de soutien à la croissance.

D'après le compte-rendu de la dernière réunion de mai de la BoE, huit des neuf gouverneurs de la banque centrale ont voté la fin du programme de rachats d'actifs de 325 milliards de livres (406 milliards d'euros), sans pour autant fermer la porte à un nouveau tour d'assouplissement quantitatif.

Parallèlement, le vice-Premier ministre Nick Clegg a déclaré que l'apport de nouvelles liquidités dans l'économie britannique était une "priorité absolue" et a plaidé pour que le dispositif gouvernemental d'assouplissement du crédit de 20 milliards de livres soit "massivement" amplifié.

Les propos de la BoE et du gouvernement britannique font écho aux recommandations de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, qui presse la banque centrale d'acheter plus d'actifs, y compris des obligations du secteur privé et des actifs hypothécaires.

Christine Lagarde demande aussi au gouvernement britannique de trouver des fonds pour doper ses dépenses d'infrastructures.

Les craintes de contagion de la crise européenne des dettes souveraines pèsent durement sur le Royaume-Uni, dont l'essentiel du commerce extérieur dépend de ses voisins de la zone euro.

Le pays ne s'est en outre pas encore remis de la crise économique et financière de 2008-2009 qui a fait grimper le taux de chômage à son plus haut niveau depuis le milieu des années 1990.

D'après les "minutes" de la BoE, les gouverneurs de la banque centrale se sont abstenus d'étendre le programme actuel de rachats d'actifs en raison du risque inflationniste, mais ils n'ont pas entièrement fermé la porte à un nouveau cycle d'assouplissement, notant que la crise en zone euro pouvait affecter plus que prévu la confiance des entrepreneurs et des ménages.

La hausse de la livre sterling pourrait par ailleurs contribuer à amortir la pression sur les prix, est-il ajouté.

La livre sterling est tombée mercredi à un plus bas de deux mois face au dollar et le prix des obligations britanniques a bondi, signe que les investisseurs jugent désormais plus probables de nouvelles mesures de soutien de la part de la BoE.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...