Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La birmanie va s'ouvrir davantage aux investissements étrangers

Marché : La birmanie va s'ouvrir davantage aux investissements étrangers

La birmanie va s'ouvrir davantage aux investissements étrangersLa birmanie va s'ouvrir davantage aux investissements étrangers

RANGOUN (Reuters) - Après des décennies d'isolement, la Birmanie va libéraliser ses règles d'investissement en autorisant les étrangers à créer une entreprise sans s'associer à un partenaire local et en leur accordant une exonération fiscale pendant cinq ans.

Il s'agit de la réforme économique la plus audacieuse depuis l'arrivée au pouvoir l'an dernier d'un gouvernement civil issu en partie de la junte militaire, qui se montre particulièrement désireux d'attirer les investisseurs étrangers.

Le projet de loi que s'est procuré Reuters autorise les étrangers à détenir la totalité du capital de leur entreprise. Ils pourront en outre créer une joint-venture avec des entrepreneurs birmans ou des organismes publics à condition que les capitaux étrangers représentent au moins 35% du total du capital.

Les investisseurs étrangers peuvent également louer des terres à l'Etat ou à des particuliers autorisés à le faire. Le bail initial pourrait aller jusqu'à 30 ans selon le type d'investissement et son importance, et pourrait être renouvelé deux fois par tranches de 15 ans.

Les entreprises étrangères ne pourront par ailleurs pas employer de main-d'oeuvre étrangère sans qualification, tandis que les Birmans devront représenter au moins 25% de la main-d'oeuvre qualifiée au bout de cinq ans, 50% au bout de 10 ans et 75% au bout de 15.

L'obligation faite aux firmes étrangères de produire uniquement pour l'exportation est abrogée, dans le but de réduire la dépendance du pays aux importations.

Le projet de loi tente également de rassurer les investisseurs concernant d'éventuelles modifications des réformes et saisies de leurs capitaux par l'Etat.

La loi devrait être approuvée par le parlement pendant la session qui se termine ce mois-ci. Le président aura ensuite 14 jours pour l'approuver ou pour la renvoyer devant le parlement.

La Birmanie est riche en ressources et se situe dans une zone particulièrement stratégique, entre l'Inde et la Chine. Elle dispose par ailleurs de ports sur l'océan Indien.

Handicapée par un demi-siècle d'isolement, les sanctions de l'Union européenne et des Etats-Unis, des infrastructures dépassées, un système bancaire paralysé et une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, l'économie birmane a tout à construire.

Les sanctions occidentales devraient être levées si les élections législatives partielles du 1er avril se déroulent sans accroc.

Aung Hla Tun, Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...