Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bce réévalue les perspectives d'inflation, dit trichet

Marché : La bce réévalue les perspectives d'inflation, dit trichet

tradingsat

BRUXELLES (Reuters) - La Banque centrale européenne révise actuellement ses prévisions sur la stabilité des prix, a annoncé lundi son président Jean-Claude Trichet, laissant entendre que son anticipation d'inflation pourrait être revue à la baisse.

L'inflation dans la zone euro devrait rester nettement supérieure à 2% dans les mois qui viennent, a précisé Jean-Claude Trichet, qui n'a pas mentionné de 'risque haussier sur la stabilité des prix', la formule qu'il avait employée après la dernière réunion de politique monétaire de la BCE, le 4 août.

"Les risques sur la perspective d'évolution des prix à moyen terme sont examinés dans le contexte des projections collectives de la BCE qui seront publiées début septembre", a déclaré Jean-Claude Trichet devant la commission des Affaires économiques et monétaires du parlement européen.

"Tout le monde comprend, en particulier dans la situation présente, qu'il est décisif que la BCE maintienne ses prévisions d'inflation solidement ancrées. C'est décisif pour la confiance en général", a-t-il ajouté.

ALLÉGER LES PRESSIONS

Malgré les données alarmantes publiées récemment sur l'économie, Jean-Claude Trichet estime que la zone euro n'est pas en passe de replonger dans la récession.

"A l'avenir, nous prévoyons toujours une croissance modérée de l'économie de la zone euro, dans un contexte relativement sain pour les fondamentaux économique de la région dans son ensemble. En même temps, et notamment du fait de la récente réapparition de tensions sur les marchés financiers, l'incertitude reste particulièrement élevée", a-t-il ajouté.

En révisant à la baisse son anticipation d'inflation, la BCE allègerait les pressions l'appelant à poursuivre sa politique de relèvement des taux d'intérêt amorcée cette année.

L'inflation annuelle en Allemagne a ralenti à 2,3% en août, selon des données publiées lundi, ce qui donne à la BCE une nouvelle bonne raison de ne pas relever ses taux dans l'immédiat.

Les dernières prévisions collectives de la BCE, publiées en juin, prévoyaient une inflation de 2,5% à 2,7% sur l'ensemble de la zone euro cette année, puis de 1,1% à 2,3% en 2012.

Jean-Claude Trichet a par ailleurs répondu aux critiques reprochant à la BCE d'avoir outrepassé son mandat en rachetant des obligations de pays en difficulté, l'Espagne et l'Italie dans le cas le plus récent.

"Nous sommes très prudents à ne pas aller au-delà de nos responsabilités. Nous faisons exactement ce que nous jugeons approprié pour la stabilité des prix", a affirmé le président de la BCE.

Reste que le sujet divise profondément le directoire de la banque. La Bundesbank, dirigée par Jens Weidmann, y est vigoureusement opposée.

Paul Carrel, Gregory Schwartz pour le service français, édité par Nicolas Delame et Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...