Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bce n'annonce pas de hausse de taux pour juin

Marché : La bce n'annonce pas de hausse de taux pour juin

La bce n'annonce pas de hausse de taux pour juinLa bce n'annonce pas de hausse de taux pour juin

par Sakari Suoninen

HELSINKI (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet a laissé entendre jeudi qu'une hausse des taux directeurs était peu probable en juin, tout en laissant la porte ouverte à un relèvement en juillet.

Jean-Claude Trichet n'a pas employé l'expression "forte vigilance", qui signale traditionnellement un relèvement des taux le mois suivant venir, dans son propos liminaire lors de la conférence de presse qui a suivi l'annonce du maintien du principal taux directeur de la BCE à 1,25%.

Ce taux avait été relevé d'un quart de point en avril, une décision qui mettait un terme à deux ans de politique monétaire très accommodante pour cause de crise financière.

L'expression "forte vigilance" a été régulièrement utilisée par la BCE dans le passé pour annoncer un mois à l'avance un relèvement de ses taux directeurs, et Jean-Claude Trichet n'avait pas failli à cette tradition en mars alors que le principal taux directeur de la BCE, le taux refi, était encore au plus bas historique de 1,0%, niveau auquel il avait été ramené en mai 2009.

"Nous continuerons à suivre de très près tous les développements liés aux risques haussiers affectant la stabilité des prix", a déclaré Jean-Claude Trichet lors de sa conférence de presse.

Il a toutefois ajouté que la BCE pouvait relever ses taux directeurs si elle le jugeait approprié et qu'elle n'avait jamais de position arrêtée a priori.

Avant la tenue de la réunion du conseil des gouverneurs, des économistes avaient dit que la reprise par Jean-Claude Trichet des termes utilisés en avril - lorsqu'il avait déclaré que la BCE suivait de "très près" les risques inflationnistes - annoncerait une hausse des taux en juillet, bien que certains d'entre eux n'excluaient pas un relèvement dès juin.

La quasi-totalité des économistes interrogés par Reuters anticipaient un statu quo ce mois-ci.

La Banque d'Angleterre, confrontée à la faiblesse persistante de l'économie britannique, a elle aussi maintenu ses taux directeurs inchangés jeudi, au plus bas record de 0,5%, et pourrait persévérer pendant plusieurs mois encore.

Le durcissement entamé par la BCE contraste avec la politique de la Réserve fédérale des Etats-Unis qui ne montre aucun signe de vouloir relever ses taux directeurs alors que la reprise américaine donne des signes de faiblesse.

L'INFLATION À LA HAUSSE

Les données publiées depuis le conseil des gouverneurs de la BCE du début avril ont montré une accélération de l'inflation au sein de la zone euro, à 2,8% en rythme annuel.

Le mandat de la BCE lui impose de maintenir la hausse des prix à un niveau proche mais inférieur à 2% en rythme annuel, et les économistes s'attendent à ce que le relèvement des taux décidé le mois dernier soit le premier d'une série à venir.

"Nous continuons de constater des pressions haussières sur l'inflation dans son ensemble, principalement liées aux prix de l'énergie et des matières premières", a déclaré Jean-Claude Trichet.

Ce conseil des gouverneurs était le premier auquel assistait le nouveau président de la Bundesbank Jens Weidmann, qui s'était inscrit lundi dans la continuité de son prédécesseur Axel Weber en appelant à une normalisation de la politique monétaire.

La réunion s'est tenue à Helsinki, deux jours après l'adoption d'un plan de sauvetage sur trois ans financé par l'Union européenne, le Fonds monétaire international et la BCE pour le Portugal, et sur fond d'anticipations récurrentes de restructuration de la dette grecque.

"Le plan portugais est un développement favorable pour le marché dans le sens où il supprime une autre source d'incertitude pour le moment", a déclaré James Nixon, économiste à la Société générale.

Les responsables de la politique monétaire de la BCE se sont efforcés de distinguer leurs outils d'intervention traditionnels - les taux d'intérêt - d'outils non conventionnels comme la mise à disposition illimitée de liquidités utilisés pour aider les établissements bancaires des pays périphériques qui ne peuvent accéder au marché monétaire.

En mars, la BCE a déclaré qu'elle continuerait sa politique d'octroi illimité de liquidités dans le cadre de ses opérations de refinancement à trois mois jusqu'à la fin juin, et jusqu'au 12 juillet au moins pour les opérations à une semaine et à un mois.

L'approvisionnement en liquidités ainsi assuré, d'éventuelles nouvelles hausses des taux n'ont pas de raison d'être remises en cause.

Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...