Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La bce choque les marchés en évoquant une hausse des taux

Marché : La bce choque les marchés en évoquant une hausse des taux

La bce choque les marchés en évoquant une hausse des tauxLa bce choque les marchés en évoquant une hausse des taux

par Paul Carrel

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) pourrait relever ses taux directeurs le mois prochain, soit bien plus tôt que les marchés ne l'anticipent, a annoncé jeudi son président Jean-Claude Trichet.

Il a toutefois souligné qu'un éventuel relèvement n'amorcerait pas forcément un cycle de hausses et a écarté toute éventualité d'un relèvement supérieur à 25 points de base en avril, jugeant qu'une telle hypothèse ne serait pas "la bonne interprétation".

Les marchés ont été totalement pris de court par les annonces de Jean-Claude Trichet. Ils attendaient certes une hausse des taux mais beaucoup plus tard dans l'année. Du coup, la BCE risque d'être la première à remonter les taux d'intérêt, bien avant la Réserve fédérale et même la Banque d'Angleterre, dont les analystes pensaient qu'elle ouvrirait le bal.

"Je crois comprendre que la position du conseil des gouverneurs est qu'une hausse des taux d'intérêt lors de la prochaine réunion est possible" a déclaré le président de la BCE.

S'exprimant au cours de sa traditionnelle conférence de presse, après la décision du conseil des gouverneurs de laisser les taux directeurs inchangés, il a reconnu l'existence d'une pression inflationniste accrue depuis la réunion de la BCE de février, notamment en raison de l'envolée des cours des matières premières.

"Une grande vigilance s'impose, dans l'optique de contenir les risques orientés à la hausse pour la stabilité des prix", a-t-il souligné.

L'euro a bondi à la suite de ces déclarations, franchissant à un moment sa moyenne mobile sur 200 jours par rapport au dollar.

Les futures sur Bund et taux d'intérêt de la zone euro ont eux en revanche reculé.

"Il semble bien qu'elle (la BCE) relèvera les taux en avril; elle ne peut guère aller plus loin que ça", commente Peter Schaffrik (RBC Capital Markets). "D'autres hausses suivront sans doute à un moment ou à un autre; on ne peut en dire plus".

HAUSSE DES TAUX ANTICIPÉE

La BCE avait répété à plusieurs reprises l'expression "grande vigilance" avant son précédent cycle de hausse des taux, en 2005-2007, et ce un mois avant d'amorcer le resserrement monétaire.

"De la même manière qu'en 2008, la BCE a annoncé à l'avance une hausse des taux lors de sa prochaine réunion", commente Jacques Cailloux de RBS. "C'est un choc pour nous car nous considérions que la BCE attendrait jusqu'en septembre."

Jean-Claude Trichet a toutefois signalé qu'une hausse des taux en avril n'était pas certaine mais possible.

"Quand nous sommes confrontés à un choc - ce qui est le cas - notre responsabilité est d'éviter des tensions inflationnistes de second tour", a-t-il déclaré.

Le président de la BCE a par ailleurs pris soin de ne pas dire que les taux sont actuellement à un niveau approprié.

Le taux d'inflation de la zone euro a atteint 2,4% le mois dernier, dépassant l'objectif de la BCE, qui est fixé juste en-dessous des 2%.

Selon les nouvelles prévisions trimestrielles émises ce même jeudi par l'Eurosystème, le taux d'inflation annuel devrait être supérieur à cet objectif en 2011 mais devrait y être conforme en 2012.

Jean-Claude Trichet a souligné que le taux d'inflation était attendu entre 2% et 2,6% en 2011, puis entre 1% et 2,4% en 2012. En décembre, les prévisions ressortaient entre 1,3% et 2,3% en 2011 et entre 0,7% et 2,3% en 2012.

ALLOCATIONS ILLIMITÉES RECONDUITES

Jean-Claude Trichet a également ajouté que les opérations à trois mois à allocation illimitée seraient reconduites pour les trois prochains mois et que les opérations de liquidité à sept jours et un mois avec allocations illimitées seraient poursuivies au moins jusqu'au 12 juillet.

Une enquête Reuters montrait mardi que les économistes interrogés étaient divisés, quant à savoir si la BCE allait ou non relancer dans l'immédiat son programme de retrait des mesures de soutien anti-crise.

La BCE fournit aux banques des liquidités illimitées depuis octobre 2008, lorsque la crise financière était au plus fort. Elle était revenue à un mode d'avant-crise pour ses opérations à trois mois en avril 2010 mais la crise de la dette de la zone euro l'avait obligée à relancer les allocations illimitées le mois suivant.

En témoignant de sa volonté de relever les taux, tout en conservant son dispositif de soutien aux banques, la BCE tente de personnaliser sa politique monétaire, une politique attachée à maîtriser l'inflation tout en aidant les établissements financiers des pays les plus fragiles de la zone euro.

Conserver cette structure de soutien aux pays périphériques de la zone euro est une assurance, dans le cas où les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ne parviendraient pas à s'entendre sur un programme global de résolution de la crise de la dette souveraine de la zone euro, lors de leur sommet des 24 et 25 mars.

Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...