Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'italie emprunte sans accroc mais sans briller

Marché : L'italie emprunte sans accroc mais sans briller

L'italie emprunte sans accroc mais sans brillerL'italie emprunte sans accroc mais sans briller

par Valentina Za

MILAN (Reuters) - Le coût de la dette italienne à trois ans est tombé sous le seuil de 5% vendredi lors d'une émission très attendue du Trésor mais la demande des investisseurs n'a pas atteint le niveau suscité par une adjudication espagnole la veille, soulignant la persistance des tensions sur Rome.

Le Trésor a levé le montant maximal prévu, soit 4,75 milliards d'euros, sans pour autant susciter un intérêt équivalent à celui rencontré par l'adjudication espagnole de jeudi.

Madrid a en effet pu emprunter 10 milliards d'euros, soit deux fois plus qu'attendu, grâce à la vigueur de la demande des investisseurs locaux, dopée par les liquidités massives apportées au secteur financier par la Banque centrale européenne.

"Au final, les résultats de l'adjudication sont entre mitigés et faibles, en tout cas loin d'être aussi spectaculaires que ceux de l'Espagne hier", a commenté Richard McGuire, stratège de Rabobank à Londres.

"Cela aura pour effet de calmer un peu l'enthousiasme des marchés après l'adjudication espagnole d'hier (...) Ça ne remet pas en cause l'idée selon laquelle l'apport exceptionnel de liquidités par la BCE va soutenir les dettes périphériques mais cela tempèrera peut-être les anticipations concernant le soutien qu'apporteront ces opérations", ajoute-t-il.

90 MILLIARDS À REFINANCER D'ICI MAI

Le Trésor italien a émis des titres arrivant à échéance en novembre 2014 à un rendement moyen de 4,83%, contre 5,62% lors d'une opération comparable il y a seulement deux semaines.

Il s'agit du rendement à trois ans le plus bas enregistré depuis septembre dernier. Mais la demande n'a représenté que 1,22 fois l'offre, à comparer à un ratio de couverture de 1,36 fin décembre, déjà considéré comme faible.

L'adjudication de décembre était la première réalisée depuis l'opération exceptionnelle à trois ans de la BCE, à l'occasion de laquelle cette dernière a prêté 489 milliards d'euros aux banques de la zone euro.

Avant cette opération, le rendement à trois ans italien était monté à près de 8%.

Rome a également émis ce vendredi des titres d'échéances juillet 2014 et août 2018.

Si le soutien extraordinaire de la BCE aux banques a manifestement facilité les dernières adjudications italiennes et espagnoles, le sentiment général du marché demeure fragile, d'autant que l'Italie sera confronté à de lourdes échéances au cours des prochains mois: le Trésor devra refinancer pour environ 90 milliards d'euros de dettes entre février et avril, un montant supérieur à l'ensemble du programme d'émissions espagnoles pour l'année 2012 (86 milliards).

Marc Angrand pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...