Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'irlande ne veut pas plus d'austérité

Marché : L'irlande ne veut pas plus d'austérité

L'irlande ne veut pas plus d'austéritéL'irlande ne veut pas plus d'austérité

DUBLIN (Reuters) - Le gouvernement irlandais a clairement laissé entendre jeudi qu'il ne voulait pas plus d'austérité, après avoir rencontré ses bailleurs de fonds internationaux.

L'Irlande a bénéficié d'une aide de 85 milliards d'euros suivant un programme économique convenu avec la Commission européenne, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE).

Elle remplit les objectifs fixés par ce programme mais certains de ses propres organes consultatifs lui recommandent d'accélérer la réduction des dépenses et l'augmentation des impôts pour rassurer des investisseurs rendus nerveux par l'aggravation de la crise grecque.

"Si on devance l'appel en matière d'ajustement, c'est la demande qui risque d'en subir les effets", a dit le ministre des Finances Michael Noonan, lors d'une conférence de presse donnée à l'issue du dernier rapport trimestriel de la "troïka".

"Les économistes peuvent voir les choses relativement par le petit bout de la lorgnette... Il nous faut nous veiller à des choses comme la cohésion sociale", a-t-il dit.

Noonan a dit qu'il s'en tenait au programme en cours qui est de ramener à 8,6% du PIB en 2012 un déficit budgétaire attendu à 10% environ cette année.

Mais un haut fonctionnaire du FMI a fait valoir que l'Irlande devait générer de la croissance pour convaincre les investisseurs qu'elle peut gérer sa dette.

"Il y a une chose que me disent les investisseurs concernant l'Irlande... elle concerne la capacité de l'Irlande à créer de la croissance parce que ce qu'il faut pour pouvoir tenir la dette à moyen et long termes, c'est un ajustement budgétaire et un retour de la croissance", a dit Ajai Chopra, chef de la mission du FMI en Irlande.

Il a également dit que les banques irlandaises devaient rendre leurs bilans plus clairs pour pouvoir revenir sur le marché. "Les banques doivent vraiment améliorer la qualité et la transparence de leurs bilans, cela les aiderait à s'assurer un accès au marché; c'est l'un des sujets qui ont été discutés", a-t-il observé.

"Il est surtout question pour nous d'améliorer les méthodes de provisions et la prise en compte des pertes".

Concernant les banques irlandaises, Noonan a dit qu'elles devraient disposer de suffisamment de fonds propres pour respecter tout nouvelle exigence européenne en la matière.

L'Irlande a consacré près de 63 milliards d'euros à la recapitalisation de ses banques.

Padraic Halpin et Conor Humphries, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...