Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'inflation fait monter le livret a, pas le smic

Marché : L'inflation fait monter le livret a, pas le smic

L'inflation fait monter le livret a, pas le smicL'inflation fait monter le livret a, pas le smic

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - L'inflation a repassé en juin la barre symbolique des 2% en rythme annuel, ce qui aura pour conséquence une meilleure rémunération du Livret A dès le 1er août sans toutefois déclencher une revalorisation du Smic.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,1% le mois dernier par rapport au mois précédent et l'inflation sur un an a légèrement accéléré à 2,1% contre 2,0% en mai, montrent les statistiques publiées mardi par l'Insee.

La persistance des prix élevés de l'énergie a nourri la remontée de l'inflation globale: s'ils ont diminué de 0,5% par rapport à mai, ces prix restent en hausse de 11,5% en rythme annuel, et de 14,1% pour produits pétroliers.

La remontée des cours du baril à quelques jours des grands départs en vacances a relancé ces derniers jours la polémique sur les pratiques commerciales des compagnies pétrolières, accusées de répercuter plus rapidement les hausses que les baisses sur les prix à la pompe.

Le prix du litre de sans plomb 95 est remonté vendredi à 1,484 euro en moyenne selon les tout derniers chiffres la Direction générale de l'énergie et du climat, contre 1,463 euro une semaine plus tôt. Celui du gazole est repassé en une semaine de 1,285 à 1,306 euro.

Autre facteur de préoccupation récurrent des derniers mois pour les consommateurs, les prix de l'alimentation ont de nouveau augmenté le mois dernier, de 0,3% par rapport à mai et de 1,8% sur un an.

TOUJOURS PAS DE COUP DE POUCE

Si les prix des produits frais ont reculé, précise l'Insee, l'augmentation des cours des matières premières alimentaires continue de se transmettre aux prix de nombreux produits de consommation courante comme le café (+10,1% sur un an) ou les huiles et margarines (+5,1% annuel).

Ceux des produits manufacturés sont restés stables tandis que ceux des services ont légèrement progressé, de 0,2%.

L'indice des prix hors tabac des ménages urbains, dont l'évolution sert de référence pour déterminer celle du Smic, ressort en hausse de 0,1% sur un mois et de 2,0% sur un an.

Mais par rapport à son niveau de novembre, qui avait justifié la dernière revalorisation du salaire minimum, de 1,6% le 1er janvier, sa progression, ne dépasse pas 1,96% alors qu'il aurait fallu qu'elle atteigne 2% pour déclencher une hausse du Smic.

"Pour le Smic, il n'y a pas de revalorisation aujourd'hui compte tenu de la revalorisation qui a eu lieu (....), il n'y a pas d'écart avec l'inflation compte tenu de ce qui a été fait", a déclaré le Premier ministre, François Fillon, sur Europe 1.

Le Smic reste donc fixé à 9,00 euros brut de l'heure, soit 1.365 euros brut par mois pour un temps plein.

Le gouvernement, qui a déjà rompu depuis son arrivée au pouvoir avec les "coups de pouce" au Smic, assume donc la stricte application des mécanismes légaux d'ajustement du salaire minimum, qui concerne un peu moins de 10% des salariés en France.

2,25% POUR LE LIVRET A

Une attitude qu'il justifie notamment par la nécessité d'améliorer la compétitivité de l'économie française alors que les syndicats réclament une forte revalorisation pour améliorer le pouvoir d'achat. La CGT réclame ainsi un Smic à 1.700 euros brut mensuel.

Pour Michel Martinez, économiste de la Société générale, "la question est de savoir si le pouvoir d'achat du Smic augmente plus vite que le pouvoir d'achat du salaire médian ou du salaire moyen ouvrier dans les années à venir comme c'était le cas au début des années 2000 et à la fin des années 1990, ce qui se traduit par un écrasement de l'échelle des salaires et des problèmes compétitivité".

"A gauche comme à droite, je n'ai pas le sentiment que cela soit remis sur la table", ajoute-t-il.

François Fillon a confirmé en revanche le relèvement dès le 1er août du taux de rémunération du Livret A, qui sera porté à 2,25%.

Le Livret A reste le produit de placement le plus répandu en France puisque l'Observatoire de l'épargne réglementée en recensait 59,5 millions fin 2010. Et son encours a nettement progressé ces derniers mois, pour atteindre 205,0 milliards d'euros fin mai, près de 10 milliards de plus qu'à la fin décembre.

Edité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...