Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'indice zew dépasse largement le consensus en mars

Marché : L'indice zew dépasse largement le consensus en mars

L'indice zew dépasse largement le consensus en marsL'indice zew dépasse largement le consensus en mars

MANNHEIM, Allemagne (Reuters) - Le sentiment des investisseurs et des analystes allemands n'a jamais été aussi élevé, en mars, que depuis juin 2010, ce qui stimule les Bourses européennes car il paraît confirmer que la première économie européenne a repris une trajectoire ascendante.

L'indice de l'institut ZEW de Mannheim est ressorti à 22,3 en mars contre 5,4 le mois précédent, alors que le consensus Reuters ne l'attendait qu'à 10,0.

Michael Schröder, économiste du ZEW, a dit que l'Allemagne ne glisserait pas dans la récession et ajouté qu'il y avait même des signes montrant que le reste de l'Europe reprenait de l'élan.

"Les surprises, pour les entreprises allemandes... seront positives", a-t-il dit, ajoutant qu'à présent qu'un nouvel accord pour la Grèce avait été conclu, il était généralement admis que le pire était passé pour le secteur bancaire de la zone euro.

"L'indice ZEW de ce jour s'ajoute à d'autres signaux récents et encourageants pour l'économie allemande", dit Carsten Brzeski, économiste d'ING. "En fait, après le ralentissement estival, la quasi totalité des indicateurs avancés ont progressé depuis novembre".

Il observe que le recul inattendu de la composante des conditions actuelles, à 37,6 contre 40,3 et 42,5 attendu, laisse penser que la reprise du premier trimestre pourrait être limitée, peut-être à cause des températures glaciales de février. "Une fois passé le gel hivernal, l'économie allemande devrait repartir de plus belle", affirme-t-il.

L'indice repose sur un échantillon de 285 analystes et investisseurs interrogés du 27 février au 12 mars, a précisé l'institut ZEW.

L'économie allemande s'est rapidement remise de la crise financière de 2008-2009 mais les difficultés de la zone euro et le ralentissement économique mondial ont assombri ses perspectives.

Elle s'est contractée de 0,2% au quatrième trimestre, en raison d'un affaiblissement de l'exportation et de la consommation privée.

Mais beaucoup d'économistes la voient se stabiliser au premier trimestre 2012, s'épargnant ainsi une récession définie techniquement par deux trimestres consécutifs de contraction du PIB.

Pour l'instant un marché de l'emploi solide soutient la consommation des ménages et les indices du sentiment des entreprises et des ménages sont à la hausse. Enfin, la production industrielle a bondi en janvier, portée par les secteurs manufacturier et du bâtiment.

"En Allemagne, en raison d'une bonne situation de l'emploi, la demande intérieure continuera sans doute de stimuler la croissance", déclare par ailleurs le président du ZEW Wolfgang Franz. "Néanmoins, des risques demeurent en raison d'une faible activité des entreprises dans d'importants pays européens et des perturbations du secteur bancaire".

Sakari Suoninen et Christoph Steitz, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...