Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'inde entre à son tour dans le combat contre les quotas de c02

Marché : L'inde entre à son tour dans le combat contre les quotas de c02

L'inde entre à son tour dans le combat contre les quotas de c02L'inde entre à son tour dans le combat contre les quotas de c02

par Anurag Kotoky

NEW DELHI (Reuters) - L'Inde devrait demander à son tour à ses compagnies aériennes de refuser de participer au programme de l'Union européenne visant à taxer les émissions de carbone dans le transport aérien, a dit lundi à Reuters un haut responsable gouvernemental indien.

La Chine a la première interdit à son secteur du transport aérien de participer à ce programme.

Depuis le 1er janvier, toutes les compagnies aériennes desservant des aéroports de l'Union européenne sont soumises à un système d'échange des quotas d'émission de gaz à effet de serre (ETS).

Une compagnie n'observant pas ces règles s'expose à une taxe de 100 euros par tonne de carbone émise hors quotas autorisés. L'UE peut aller jusqu'à l'interdire de desservir des aéroports européens.

Si l'UE venait à proclamer de telles interdiction, elle risquerait de subir des mesures de rétorsion semblables de la part de New Delhi.

"Il y a beaucoup de mesures que nous pourrions prendre si l'Union européenne ne revenait pas sur ses demandes. Nous avons le pouvoir de l'économie. Nous ne saignons pas autant qu'eux", a déclaré le responsable, ajoutant que la position de l'Union affecterait son économie et ses compagnies aériennes.

Le gouvernement indien attend de recevoir l'accord formel de plusieurs ministères avant de donner l'ordre à ses compagnies aériennes de ne pas participer au programme de l'Union.

"La question est la suivante: êtes-vous (l'Union) en train de provoquer une guerre commerciale mondiale ?", a dit le responsable.

L'opposition de Pékin au système européen de quotas d'émission a connu une escalade la semaine dernière avec l'annulation de commandes d'Airbus. ()

L'Inde ne prévoit pas pour l'instant d'en arriver à une telle extrémité, mais elle ne l'exclut pas non plus, a dit le responsable.

Amber Dubey, responsable du secteur aérien au cabinet de conseil KPMG, a souligné que l'industrie indienne était en plein essor avec une augmentation sensible de la taille des flottes civiles et militaires.

"La question des ETS de l'UE fait monter les craintes de guerre commerciale entre l'Union européenne et le reste du monde. Il y a une chance que le gouvernement utilise ces grosses commandes d'appareils comme instrument dans ses négociations", a-t-dit à Reuters.

L'avionneur européen Airbus, filiale d'EADS, détient 73% du marché indien de l'aviation commerciale. Il a dans son carnet plus de 250 appareils commandés par des compagnies indiennes, IndiGo, Go Air et Kingfisher.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...