Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro se montre résiste à l'espagne.

Marché : L'euro se montre résiste à l'espagne.

tradingsat

(CercleFinance.com) - “Résistance” est le maître-mot de l'euro sur le marché des changes, où sa parité relative au dollar ne bouge pratiquement pas ce matin. Et ce malgré la dégradation sensible de la dette souveraine de l'Espagne par l'agence de notation Standard & Poor's ce matin. Vers 12 heures 40, l'euro gagne cependant 0,29% contre le billet vert à 1,3229 dollar l'euro.

Aucun mouvement à signaler face à franc suisse ( - 0,03% à 0,8151 livre l'euro) comme à la livre sterling (1,2015 franc l'euro, 0%).

Hier soir, l'agence de notation Standard & Poor's a de nouveau abaissé la note souveraine de l'Espagne. La notation crédit des fonds d'Etat espagnols à long terme passe à 'BBB+' contre 'A' jusqu'ici, avec une perspective toujours négative.

La situation du marché de l'emploi reste d'ailleurs difficile, avec un taux de chômage au 24,4% au premier trimestre.

'Cette annonce n'était pas totalement anticipée', estime CMC Markets. Ce matin, le taux de l'emprunt d'Etat espagnol à 10 ans a touché les 6% avant de revenir à 5,95% à cette heure. L'italien est à 5,73%, le français à 3,01% et l'allemand 1,67%.

'La dégradation de l'Espagne ne constitue pas une véritable surprise puisque S&P avait placé le pays sous surveillance négative au mois de janvier', estime pour sa part un trader. 'En conservant sa perspective négative, l'agence prévient toutefois que l'Espagne n'est pas à l'abri de nouveaux abaissements', ajoute-t-il.

Par ailleurs, S&P's table désormais sur une récession en Espagne cette année comme en 2013. Comme le rappelle Aurel BGC, l'agence “met aussi en avant la probabilité que l'Etat espagnol soit contraint à a soutenir le système bancaire, qui accumule des pertes dans le secteur immobilier”.

Les analystes objectent cependant : “sii les arguments mis en avant pour justifier la dégradation sont sans surprise, le timing choisi est, une nouvelle fois, curieux : le gouvernement espagnol doit arrêter demain les derniers détails des mesures destinées à respecter les objectifs de déficits définis avec la Commission Européenne, à laquelle il doit présenter son nouveau plan avant lundi“.

“Cette décision de S&P montre, en tous cas, qu'ajouter des mesures d'austérité aux mesures d'austérité n'est pas crédible, au moins aux yeux des agences de notation. Les notes de l'Espagne seront à nouveau abaissées si la dette publique devait passer au-dessus de 80% du PIB d'ici 2014', indiquent-ils enfin.

Un autre intervenant estime possible que cette dégradation en entraîne d'autres dans les pays périphériques de la zone euro.

Par ailleurs, un cambiste nord-européen rappelle que 'la dernière enquête de la BCE revèle que les banques continuent de durcir les conditions de crédit, tant pour les particuliers que pour les entreprises'. L'enquête montre aussi que la demande de crédit est moindre.

Chez Bank of America Merrill Lynch, on relève qu'en plus du Royaume-Uni et de l'Espagne, les Pays-Bas sont eux aussi entrés en récession 'et devaient probablement le rester durant la plus grande partie de cette année 2012'.

La BCE, qui vient de plaider pour un pacte de croissance, est maintenant attendue au tournant et c'est cette perspective qui pourrait d'ailleurs soutenir l'euro actuellement.

Notons que l'euro perd en revanche 0,50% contre le yen à 106,61 yens l'euro. La Banque du Japon a étendu le volume de son programme global de rachats d'actifs, une des manières de réaliser un assouplissement monétaire, de 65 à 70 milliards de yens. Or les cambistes attendaient un mouvement plus important.

Cet après-midi, les regards devraient se tourner vers la première estimation du PIB des États-Unis pour le premier trimestre 2012, attendu en ralentissement à +2,5% en rythme annualisé, puis à l'indice 'UMich' de confiance du consommateur américain.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...